20 mars 2019
À Sainte-Victoire-de-Sorel
Deux chiens ont été soupçonnés d’avoir tué sept chevreuils
Par: Katy Desrosiers
Les deux chiens ressemblaient à des Bergers allemands. 
Photo despostitphotos.com

Les deux chiens ressemblaient à des Bergers allemands. Photo despostitphotos.com

Deux chiens en liberté à Sainte-Victoire-de-Sorel, s’apparentant à des Bergers allemands ont été soupçonnés d’avoir attaqué des chevreuils dans les derniers jours. Ils ont été retrouvés le 19 mars en journée. Bien que le Centre Animalier Pierre-De Saurel (CAPS) et la protection de la faune doutent que les chiens aient pu tuer les sept animaux, des citoyens du secteur croient que les chiens auraient délibérément attaqué les cerfs.

Au cours des derniers jours, des citoyens ont signalé la présence de deux chiens potentiellement dangereux à Sainte-Victoire-de-Sorel qui se promenaient autour de carcasses de chevreuil.

Gilles Chiasson, lieutenant pour la protection de la faune au bureau de Sorel, affirme que le propriétaire des deux chiens a été rencontré. Pour l’instant, il a reçu une lettre d’avertissement le sommant de tenir en laisse les chiens ou de les garder dans une cour clôturée. Si les chiens étaient repris à courir après du gros gibier, ils seraient abattus et le propriétaire recevrait une amende.

Le lieutenant affirme qu’il est impossible de dire si les chiens sont vraiment responsables de la mort des sept chevreuils retrouvés. « Une équipe d’agents est allée sur les lieux et a pris des photos. Certains cerfs ont des traces de peinture. Ils ont clairement été frappés par un véhicule », mentionne-t-il. Il ajoute que les cerfs peuvent aussi être décédés d’une crise cardiaque. « Les chiens courent, non pas pour se nourrir, mais juste parce que c’est attractif. À ce temps-ci de l’année, les chevreuils sont très faibles, ils se déplacent lentement et sont sur des réserves d’énergie assez basses. Le chien court et après une dizaine de minutes le chevreuil tombe d’une crise cardiaque. Ils peuvent rester à côté ou essayer de grignoter un peu, mais à la base, ce n’était pas pour se nourrir. Les deux chiens étaient bien nourris et n’étaient pas de vrais chiens errants » ajoute-t-il.

Véronique Gauthier, directrice générale du CAPS, confirme qu’il s’agit effectivement de deux chiens en santé, qui ne sont pas porteurs de maladies.

Quelques citoyens ont contacté le Journal en disant avoir été témoins des attaques ou d’avoir constaté des preuves qui laissent croire que les chiens auraient délibérément attaqué les chevreuils.

Guy Chabot, résident du secteur où les carcasses ont été retrouvées, affirme avoir constaté plusieurs endroits de lutte dans la neige entre les chiens et les bêtes. Selon lui, la version de la protection de la faune est erronée. Plusieurs de ses voisins sont également d’accord avec lui. « Je ne dis pas que ce sont des chiens dangereux, mais le propriétaire a reçu seulement une tape sur les doigts. On ne veut pas savoir c’est qui, mais on ne veut pas que ça recommence », affirme-t-il.

Plusieurs partenaires ont travaillé avec le CAPS sur ce dossier comme SOS Braconnage du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, la Sûreté du Québec et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec. Le CAPS a reçu plusieurs commentaires positifs des partenaires et de la population concernant cette intervention.

image