20 avril 2021
Violent incendie mortel sur la rue Provost à Sorel-Tracy
Des voisins alertes et solidaires
Par: Alexandre Brouillard

Selon des résidents du quartier, l’entraide entre les voisins de la rue Provost et le travail des services d’urgence ont été extraordinaires. Photo Les 2 Rives ©

L’entraide spontanée de certains voisins a été exceptionnelle et indispensable lors de l’incendie d’une résidence qui a coûté la vie à un sexagénaire, le 16 avril dernier, sur la rue Provost à Sorel-Tracy.

Publicité
Activer le son

« Tout s’est passé très rapidement, témoigne une voisine qui n’a pas voulu s’identifier. Malgré cet incident tragique, je tiens à souligner l’apport formidable de certains voisins, dont l’aide d’un jeune homme du quartier qui est venu cogner à ma porte pour m’avertir que ma voiture était en feu et que je devais quitter ma maison immédiatement. J’ai été le remercier à la suite des événements. Je ne le connaissais pas du tout et il est quand même venu m’avertir et m’aider. Je ne sais pas ce qui me serait arrivé s’il n’était pas venu me réveiller », souligne-t-elle, en ajoutant avoir eu terriblement peur lors des événements.

Lorsque l’incendie a éclaté vers 5 h 45, le 16 avril, cinq personnes étaient à l’intérieur de la résidence. Alors que quatre d’entre elles ont pu sortir à temps, Raymond Carignan, 64 ans, n’a pas eu cette chance et a péri dans les flammes. La femme de 58 ans n’a été blessée que légèrement, tandis que les deux autres hommes de 60 et 22 ans ont subi de graves brûlures. Le plus jeune des deux a été transporté à l’étage des grands brûlés du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM).

Un des résidents de la maison, Pierre-Luc Paul, âgé de 19 ans, avait été réveillé en sursaut par les flammes qui prenaient de l’ampleur à l’intérieur, rapporte le Journal de Montréal, qui s’est entretenu avec le jeune homme. Après s’être extirpé de la maison, il soutient avoir vu son coloc se jeter du deuxième étage. Il avait immédiatement accouru vers lui, sans hésiter, pour le tirer de sa fâcheuse position.

Alors que les pompiers commençaient à combattre les flammes, un autre voisin est venu rapidement apporter son aide. « Je me suis réveillé rapidement en raison du bruit. J’ai été dans la rue et j’ai voulu donner mes vêtements à un des hommes gravement brûlés qui semblait souffrir, mais les ambulanciers arrivaient en même temps pour l’aider. Je me suis ensuite dirigé vers une voisine qui avait dû quitter sa maison à cause du feu. Je l’ai invitée à venir prendre un café et se réchauffer chez moi », relate un autre voisin rencontré par Les 2 Rives.

Ce dernier qui a aussi préféré qu’on taise son nom, n’a pas reculé devant le danger. « Je tiens à féliciter et remercier les services d’urgence qui ont réagi rapidement pour contrôler le feu et pour aider les voisins. Leur travail d’équipe était exceptionnel et indispensable pour la sécurité du voisinage. Des techniciens [en scène d’incendie] ont travaillé des heures et des heures dans les décombres. Sans oublier l’apport de la Ville de Sorel-Tracy qui est venue sécuriser les lieux assez rapidement. Malgré le malheur atroce, c’était extraordinaire de voir l’entraide spontanée entre voisins », ajoute la voisine, qui a dû fuir sa maison en raison de l’intensité des flammes.

Au final, les pompiers ont combattu les flammes pendant plusieurs heures, pour finalement déclarer l’incendie maîtrisé vers 10 h 30. À première vue, il s’agirait d’un incendie accidentel.

Destin tragique

Le sexagénaire décédé dans l’incendie habitait la maison depuis seulement une semaine. « Il avait dû quitter son appartement de Montréal, la semaine dernière parce qu’un autre logement du bloc qu’il habitait avait brûlé. Il était venu chercher refuge chez des proches sur la rue Provost. Au final, il est mort dans un incendie », explique le même voisin.

Le corps de Raymond Carignan avait été découvert plus tard et sorti des décombres en après-midi. « C’est incroyable et triste qu’il soit finalement mort dans un incendie, alors qu’il s’était retrouvé sans domicile une semaine plus tôt à cause d’un feu », conclut le voisin.

image