7 mai 2015
« Des saisons comme ça, t’en n’as pas beaucoup dans ta carrière »
Par: Jean-Philippe Morin
L’entraîneur Francis Breault, qui a terminé sa troisième saison à la barre des Éperviers, a adoré son année à la barre de l’équipe. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

L’entraîneur Francis Breault, qui a terminé sa troisième saison à la barre des Éperviers, a adoré son année à la barre de l’équipe. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Malgré des embûches pendant les séries, les Éperviers n’ont jamais lâché. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

Malgré des embûches pendant les séries, les Éperviers n’ont jamais lâché. | Photo: TC Média - Pascal Cournoyer

L’Isothermic de Thetford Mines a remporté les grands honneurs de la Ligue nord-américaine de hockey. | Photo: TC Média – Jean-Hugo Savard

L’Isothermic de Thetford Mines a remporté les grands honneurs de la Ligue nord-américaine de hockey. | Photo: TC Média – Jean-Hugo Savard

Malgré une défaite toujours difficile à avaler en finale de la Coupe Vertdure, l’état-major des Éperviers de Sorel-Tracy dresse un bilan plus que positif de leur meilleure saison depuis le retour du hockey senior à Sorel-Tracy il y a cinq ans.

Le rêve s’est achevé en quatre matchs pour les Éperviers de Sorel-Tracy, qui se sont fait balayer en finale de la Coupe Vertdure contre l’Isothermic de Thetford Mines.

Les deux séries disputées ardemment en sept rencontres chacune lors des deux premières rondes ont rentré dans le corps des joueurs des Éperviers, qui n’ont pourtant jamais abandonné à chaque rencontre disputée. Mais l’Isothermic avait toujours le dernier mot, remportant ses matchs par un but (ou deux dans un filet désert).

Il s’agit d’un deuxième championnat en quatre ans pour l’Iso, alors que les Éperviers se sont inclinés en finale pour une deuxième fois en trois ans. Ils ont été vaincus 3-1, 2-1, 4-3 et 5-3 en finale.

« On a manqué de confiance en équipe à la fin. Lors du septième match en demi-finale contre Trois-Rivières, on a gagné en prolongation, mais on s’est fait remonter en troisième période même si on menait par trois buts. Je crois que ça nous a fait mal en finale. C’est arrivé la même chose au troisième match de la finale quand on s’est fait remonter puis on a perdu. On n’a pas eu le temps de reprendre notre confiance », explique l’entraîneur-chef Francis Breault, qui était tout de même fier de ses joueurs malgré la défaite.

Le directeur général et joueur Christian Deschênes affichait la même déception au terme au quatrième match de la finale.

« Les attentes étaient élevées, alors c’est certain que la déception est là. D’un autre côté, on ne peut pas être déçus de notre parcours. Il faut sortir la tête haute. On a joué une demi-saison, 18 matchs, en sept fins de semaine. Il y a des gars là-dedans qui travaillent, vont à l’école, ont des familles. Plusieurs sont maganés, la charge de travail est énorme », résume-t-il, en ajoutant que son équipe n’avait jamais lancé la serviette dans aucun des matchs de la finale.

Un bilan plus que satisfaisant

Malgré une défaite toujours difficile à avaler en finale de la Coupe Vertdure, l’état-major des Éperviers de Sorel-Tracy dresse un bilan plus que positif de leur meilleure saison depuis le retour du hockey senior à Sorel-Tracy il y a cinq ans.

Les acquisitions de jeunes joueurs comme Étienne Brodeur, Pierrick Martel et Charles-Alexandre Drolet à l’attaque, Maxime Robichaud et Maxime Carrier à la défense ainsi que de Mathieu Dugas devant les buts sont venues renforcer un noyau déjà établi de vétérans comme Éric Doucet, Christian Deschênes, Grégory Dupré, Stéphane Roy, Simon Poirier et compagnie.

À eux se sont greffé Marco Charpentier, joueur le plus utile en saison régulière, ainsi qu’Evgueny Nurislamov et Mario Joly, entre autres.

« Le mélange de jeunesse et d’expérience était très bon, admet le joueur et directeur général Christian Deschênes. Ce n’est pas pour rien qu’on a récolté 30 victoires en 40 matchs cette saison. Les jeunes qui se sont amenés ont eu un impact direct sur notre équipe. Les années précédentes, nous devions convaincre les joueurs de jouer ici. Maintenant, ce sont les bons joueurs qui nous approchent. »

L’entraîneur-chef Francis Breault admet qu’il a rarement connu, dans sa carrière, une aussi belle saison derrière le banc d’une équipe.

« C’est plate comment ça s’est terminé, mais en regardant en arrière, on a eu un championnat de saison, on est allé en finale et on n’a jamais abandonné. Des saisons comme ça, t’en n’a pas beaucoup dans ta carrière. Il y a un bel avenir pour le hockey senior à Sorel », commente-t-il.

« On a eu une super éthique de travail tout le long de la saison et en séries. Ça n’a pas été un manque de vouloir à la fin, c’est certain. On a travaillé très fort », ajoute-t-il.

Les « vacances » avant

Christian Deschênes se donne maintenant une semaine de courtes vacances pour recharger les batteries et attaquer l’après-saison. Le #8 sera occupé cet été avec l’assemblée générale annuelle qui aura lieu à Rivière-du-Loup du 28 au 30 mai, puis le repêchage de la ligue qui se déroulera au Club de curling Aurèle-Racine de Sorel-Tracy le samedi 13 juin.

« Ça va très vite. On va commencer à voir qui pourrait nous aider dès l’an prochain et qui veut revenir. Pour l’instant, je me donne un break et je n’achale pas les joueurs. On va laisser retomber la poussière avant de recommencer et de leur demander s’ils reviennent », commente Deschênes.

De son côté, Francis Breault n’a pas encore décidé s’il voulait revenir pour une quatrième saison derrière le banc, si Deschênes lui faisait signe à nouveau.

« Il y a toujours la question familiale. Ça prend beaucoup de temps. Je verrai, je n’ai pas pensé à ça encore », conclut-il.

image