26 février 2018
Des résidences ont été à nouveau isolées à Yamaska
Par: Sarah-Eve Charland

Un embâcle de 6 km s'était formé à la mi-janvier à Yamaska. (Photo : Pascal Cournoyer)

La crue des eaux a de nouveau fait des siennes à Yamaska alors que des résidences ont été isolées à l’Île-du-Domaine et à la Pointe-du-Nord-Est pendant quelques jours.

Publicité
Activer le son

Au matin du lundi 26 février, il ne restait que près de 6 pouces d’eau au-dessus du Chemin de l’Île. Les camions ou tracteurs pouvaient tout de même circuler. Le débit se situait en dessous de 200 m³/sec.

La crue des eaux s’est particulièrement fait ressentir durant la nuit du 21 au 22 février. La Sécurité civile constatait déjà une diminution des débits de l’eau, le 23 février. Le débit est passé de 638 m³/sec le 22 février à 419 m³/sec le 23 février.

Quelques résidents de la Pointe-du-Nord-Est avaient déjà évacué leur maison par mesure préventive.

L’embâcle toujours en place

L’aéroglisseur de la Garde côtière n’a pas réussi, le 22 février, à défaire l’embâcle majeur qui s’était formé à Yamaska en janvier. La circulation de l’eau sous l’embâcle n’était pas aussi fluide que prévu. L’opération a dû être arrêtée puisque cela devenait dangereux.

« Le débit et le niveau de l’eau diminuent. […] Nous n’avons pas d’autres options que d’attendre et espérer que les glaces ne fondent pas trop vite », affirme la mairesse de Yamaska, Diane De Tonnancourt.

La Garde côtière a envoyé un communiqué à la municipalité pour lui signifier qu’elle reviendra avec l’aéroglisseur lorsque les conditions seront favorables.

Un embâcle de près de 6 km s’était formé à la mi-janvier. Pendant de nombreux jours, des résidents ont été isolés par les glaces à l’Île-du-Domaine et à la Pointe-du-Nord-Est. Par la suite, un chenal s’était créé permettant ainsi une meilleure circulation de l’eau. Ce même chenal a été bloqué en raison de l’accumulation de nouvelles glaces.

« L’embâcle est toujours au même endroit. Il a été grugé. Il n’est pas aussi grand, mais est tout de même majeur », mentionne le responsable de la Sécurité civile en Montérégie, Jean-Sébastien Forest.

image