20 juillet 2021
Feu vert pour la construction du terrain synthétique à Sorel-Tracy
Des réjouissances, mais encore des étapes à franchir
Par: Alexandre Brouillard

Le terrain synthétique devrait voir le jour à l'automne 2022 aux abords de l'ESBG. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Patrick Turgeon, directeur général du CSBR, est fébrile à l’idée d’avoir accès à un terrain synthétique à Sorel-Tracy. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Harold Turbide, entraîneur-chef des Polypus football, sera entièrement satisfait lorsqu’il aura les pieds sur le terrain synthétique. Photo Mario Joly

Des acteurs du milieu sportif régional sont heureux que la Ville de Sorel-Tracy ait reçu le feu vert pour la construction du terrain synthétique aux abords de l’École secondaire Bernard-Gariépy (ESBG), mais spécifient que les réelles réjouissances auront lieu lorsque les sportifs pourront y disputer des matchs.

Publicité
Activer le son

Le 14 juillet dernier, le député de Richelieu, Jean-Bernard Émond, a annoncé que les autorisations attendues du ministère de l’Éducation pour la construction d’un terrain synthétique à l’ESBG avaient été accordées. Cette autorisation permet donc au Centre de services scolaire de Sorel-Tracy de signer un bail avec la Ville de Sorel-Tracy, qui sera responsable de l’aménagement d’un terrain de sport à surface synthétique.

« C’est impossible de ne pas être content, lance d’emblée Patrick Turgeon, directeur général du Club de soccer du Bas-Richelieu (CSBR). Par contre, je vais réellement me réjouir lorsque je verrai nos jeunes sportifs fouler le terrain. Ce sera la vraie réjouissance parce qu’avoir ce type infrastructure n’est pas un luxe, mais une nécessité. »

Bien qu’il affirme être heureux des dernières nouvelles concernant le terrain synthétique, l’entraîneur-chef des Polypus football, Harold Turbide, n’est pas prêt à sauter de joie. « Je me réjouis d’une nouvelle qu’on aurait dû avoir il y a environ dix ans. Je serai pleinement content quand j’aurai les deux pieds sur le terrain synthétique », affirme-t-il.

Alors que plusieurs villes environnantes possèdent une surface sportive synthétique depuis plusieurs années, M. Turbide précise comprendre que la lenteur du processus n’était pas due à un manque de volonté et d’effort. « Je sais que plusieurs personnes travaillent sur le dossier depuis plusieurs années. J’ai seulement hâte de voir le projet se concrétiser », précise-t-il.

« La majorité des villes qui composent la Ligue de soccer Richelieu-Yamaska possèdent un terrain synthétique, ajoute Patrick Turgeon. Je pense à Saint-Hyacinthe, à Saint-Bruno-de-Montarville, à Bromont et à plusieurs autres municipalités. Certaines sont déjà rendues à leur deuxième et troisième génération de terrains synthétiques. […] Malgré le retard, je suis content pour les futures générations de sportifs sorelois qui pourront miser sur une infrastructure qui correspond au standard de notre époque. »

Bien que plusieurs étapes administratives restent à franchir avant la première pelletée de terre, M. Turgeon est fébrile à l’idée de pouvoir bientôt miser sur un terrain synthétique. « Les sportifs de notre région doivent sauter sur ce terrain le plus rapidement possible, j’ai donc hâte de voir les travaux commencer », mentionne-t-il.

Plusieurs avantages

Selon le directeur général du CSBR, l’ajout prochain du terrain synthétique rallongera les saisons de soccer et de football. « Nous pourrons commencer à jouer plus tôt le printemps et ainsi utiliser les terrains naturels seulement lorsqu’ils seront fin prêts. Sans oublier que nous pourrons terminer les saisons plus tard et éviter de jouer sur des terrains gelés », affirme-t-il.

« Avec ce nouveau terrain, nous pourrons commencer nos saisons de football sur une surface convenable et non sur un terrain de boue, ajoute Harold Turbide en rigolant. En plus de tous les avantages qu’il apportera aux athlètes, il permettra de reposer le terrain de football à l’École secondaire Fernand-Lefebvre (ESFL) qui n’était pas toujours en bon état en raison de l’achalandage au printemps. »

Finalement, le CSBR pourra accueillir des compétitions d’envergure. « Plusieurs événements sportifs exigent au minimum un terrain synthétique pour octroyer les événements à une ville. À Sorel-Tracy, nous sommes donc désavantagés par rapport à plusieurs villes voisines qui misent depuis longtemps sur une ou plusieurs surfaces de ce genre », conclut Patrick Turgeon.

Une ouverture prévue à l’automne 2022

Bien que le dossier du terrain synthétique ait avancé lors des derniers jours, le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, affirme que plusieurs étapes importantes restent à compléter d’ici l’ouverture prévue à l’automne 2022.

Avec l’accord reçu de la part du ministère de l’Éducation, le 14 juillet dernier, le Centre de services scolaire de Sorel-Tracy et la Ville de Sorel-Tracy pourront signer un bail emphytéotique d’une durée de 30 ans. La Ville, qui sera responsable de l’aménagement du terrain synthétique, pourra donc mettre en branle les démarches administratives nécessaires avant l’ouverture du chantier.

La Ville croit donc être en mesure d’obtenir les plans et devis du terrain synthétique d’ici Noël. Ensuite, des appels d’offres seront lancés pour trouver un entrepreneur qui s’occupera de la construction du projet. Après la période de dégel, le chantier pourra se mettre en branle, soit en mai et pour une période d’environ 16 semaines. « Enfin, c’est une très bonne nouvelle! Ce sera un bel ajout dans le pôle sportif de la Ville. […] Si tout va bien, le terrain synthétique sera prêt à l’automne 2022 », précise M. Péloquin.

La Ville de Sorel-Tracy dispose d’ores et déjà d’un règlement d’emprunt de 2 M$ pour financer le terrain synthétique. « Le projet est évalué au total à environ 2,2 M$. La MRC de Pierre-De Saurel et des partenaires privés vont travailler à diminuer les coûts et la participation financière des citoyens. J’ouvre la porte au député, M. Émond, pour qu’il nous aide. Il y a une possibilité que des redevances du parc éolien soient utilisées ainsi que des subventions que la MRC a reçues pour financer divers projets », conclut Serge Péloquin.

image