18 août 2015
Des projets d’avenir pour les districts de Sorel-Tracy
Par: Sarah-Eve Charland
TC Média - Sarah-Eve Charland

TC Média - Sarah-Eve Charland

Les conseillers de la Ville de Sorel-Tracy ont la possibilité d’investir dans l’immobilisation depuis 2014. Ayant un budget annuel de 10 000$ rendu disponible par la Ville, ils ont le loisir de réaliser un projet qui leur tient à cœur dans leur district. Deux ans après la mise en place du système, le Journal a demandé aux conseillers ce qu’ils comptent en faire.

La conseillère du district Pierre-De Saurel, Dominique Ouellet, n’a pas encore pris de décision sur le sujet. Elle compte organiser une rencontre citoyenne au mois de septembre. « On entendra ce que les gens ont à dire. On agira selon leurs désirs. »

Le conseiller du district Des Gouverneurs, Benoît Guèvremont, abonde dans le même sens. Il participera à une consultation citoyenne en collaboration avec les conseillers Alain Maher et Jocelyn Mondou le 22 septembre pour prendre le pouls de la population.

Un centre-ville rayonnant cet hiver

Le conseiller du Vieux-Sorel, Jocelyn Mondou, souhaite illuminer le centre-ville cet hiver afin de ramener les familles à fréquenter le quartier malgré les temps froids.

En plus d’installer des lumières pour embellir le centre-ville, M. Mondou compte acheter, en décembre 2015, un sapin de Noël géant qui sera installé au coin des rues Roi et Augusta.

« Je l’avais promis en séance publique. Je prévois qu’il soit assez gros. Je vais prendre le plus haut que je peux. Je veux rendre le centre-ville plus dynamique et attirant », affirme-t-il.

Il estime le budget pour les décorations et le sapin de Noël entre 5000$ et 6000$. « On change progressivement l’image du centre-ville. »

Il a aussi commandé un rapport auprès du Service des loisirs de la Ville de Sorel-Tracy afin d’estimer la possibilité d’installer une glissade de neige au carré Royal ou au parc Regard-sur-le-fleuve. L’idée lui a été apportée par une citoyenne lors des Plaisirs d’hiver en février dernier.

« J’ai trouvé l’idée bonne. On a déjà une patinoire au carré Royal. Ça se fait dans d’autres villes. Pourquoi pas à Sorel? On est capable de le faire aux Plaisirs d’hiver. Pourquoi pas durant tout l’hiver? Je suis confiant que ce projet se réalisera », croit-il.

Il organise une rencontre citoyenne en compagnie des conseillers Alain Maher et Benoît Guèvremont le 22 septembre pour entendre les citoyens. Il choisira de quelle façon il investira ce qu’il reste de son budget à partir des suggestions des citoyens.

Une cure de jeunesse pour le parc Barabé

Le conseiller du district Du Faubourg, Alain Maher, ne compte pas laisser à l’abandon le parc Barabé. Il a voulu lui redonner un air de jeunesse.

« Ça va faire revivre ce parc. Ça aurait été dommage de le laisser comme ça. Il n’y avait plus rien, sauf une clôture. On avait déjà une bonne infrastructure de base. Il suffisait de l’améliorer », affirme-t-il.

Le conseiller a utilisé son budget discrétionnaire des deux premières années de son mandat, soit un montant de 20 000$, pour réaliser ce projet.

Les travaux sont commencés depuis cet été. On y retrouve maintenant un module de jeux. Les lumières ont aussi été améliorées. Il ne manque que quelques tables à pique-nique et des poubelles à ajouter. D’ici la fin du mois d’août, tout devrait être en place, assure M. Maher.

« C’est un petit parc de proximité. Il est parallèle à la piste cyclable. C’est idéal pour les familles qui souhaitent prendre une pause et pour les familles dans les environs. Ce n’est pas un projet flamboyant, mais c’est une très belle réalisation », dit-il avec fierté.

Pour ce qui de son budget des deux prochaines années, il compte prendre le pouls de la population lors d’une rencontre citoyenne le 22 septembre à l’Hôtel de Ville.

Le parc Maisouna à l’avant-plan

Les conseillers du secteur Tracy ont décidé de faire front commun afin d’avoir les moyens de réaliser un projet d’envergure. Même si le projet n’est pas tout à fait défini, le parc Maisouna en sera le cœur.

La conseillère de Bourgchemin, Sophie Chevalier, le conseiller de Richelieu, André Potvin et le conseiller de Saint-Laurent, Yvon Bibeau, comptent mettre en valeur le parc Maisouna.

« L’idée est de moi. On a un beau parc sur le bord du fleuve, mais il manque quelque chose. J’avais une idée en tête, mais ça me prenait plus de 40 000$ pour le réaliser », explique Mme Chevalier.

Les conseillers aimeraient réaménager le parc afin d’y accueillir, éventuellement, des spectacles et des événements. Bien que l’idée trotte dans leur tête, rien n’est définitif, assurent-ils.

« Nous avons une idée de fond, mais nous voulons avant tout entendre les citoyens. Nous organisons des consultations qui auront lieu probablement en septembre et en octobre », ajoute M. Bibeau.

L’argent sera mis en commun. En tout, le budget pourrait s’élever à 120 000$, donc quatre ans de mandat pour les trois conseillers. Ils espèrent réaliser le projet d’ici la fin de leur mandat en 2017.

« Idéalement, c’est ce que nous voulons. Si, toutefois, nous avons un plus gros projet à la suite des consultations, rien ne nous empêche de le faire sur plusieurs autres années », mentionne Mme Chevalier.

Les parcs à l’honneur

Les parcs seront au sommet des priorités du conseiller du district Des Patriotes, Patrick Péloquin, qui souhaite revamper le parc des Trembles et le parc du Marinier grâce à son budget discrétionnaire.

« Je voulais que le budget soit investi dans les parcs et que cela reste dans mon quartier. Je compte entendre les citoyens sur le sujet », affirme-t-il.

Bien qu’il ait ciblé les deux parcs prioritaires, il prévoit organiser une rencontre avec les citoyens cet automne, idéalement au mois d’octobre, pour réaliser un projet à leur goût.

« Le parc des Trembles est celui qui a besoin le plus d’amour. C’est le plus gros parc du quartier. Quant à celui du Marinier, il est le seul parc qui donne accès à l’eau. Il n’y a plus beaucoup d’accès à l’eau », explique-t-il.

Il travaille actuellement sur un projet touchant le parc des Trembles, mais qui ne fait pas partie du budget discrétionnaire. Il souhaite utiliser l’espace de l’ancienne piscine pour créer un espace de jeu pour les tout-petits. « Il pourrait y avoir la possibilité de bonifier le projet avec ce budget. »

Au parc du Marinier, il n’y a aucune infrastructure, sauf celle dédiée à la descente de bateau. « Il serait bien d’y installer quelques infrastructures. Il y a aussi la réserve des peupliers qu’on pourrait exploiter. »

image