13 juillet 2018
Des pratiques environnementales enseignées aux agriculteurs
Par: Sarah-Eve Charland

Des formateurs du MAPAQ ont donné des ateliers aux agriculteurs de la région. (Photo : Sarah-Eve Charland)

Des formateurs du MAPAQ ont donné des ateliers aux agriculteurs de la région. (Photo : Sarah-Eve Charland)

Une cinquantaine d’agriculteurs et intervenants locaux ont été amenés à envisager des pratiques agricoles en meilleure harmonie avec l’environnement tout en augmentant leur productivité le 12 juillet, lors d’une journée de formation à Saint-Aimé, à laquelle le journal Les 2 Rives a assisté.

Le Comité de bassin versant de la rivière Pot-au-Beurre, coordonné par l’Union des producteurs agricoles (UPA) Montérégie, a mis en place la Caravane de la santé des sols qui se traduisait en quatre ateliers sur la santé des sols donnés par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et Alimentation du Québec (MAPAQ).

Ce comité a été formé à l’été 2017 grâce à un financement du gouvernement sur une période de deux ans. Il regroupe 134 producteurs de la région qui souhaitent améliorer la qualité de l’eau et favoriser la cohabitation des usages agricoles à la faune.

« Les bassins versants ont toujours été une préoccupation. On est content de voir un aussi grand nombre d’agriculteurs impliqués. C’était un grand défi de réunir les producteurs. On a ciblé des producteurs qui sont déjà habitués à changer les choses ou à faire des recherches. Quand ils utilisent de nouvelles pratiques, ça incite d’autres à le faire. Ils deviennent des ambassadeurs », mentionne le président de l’UPA Montérégie, Christian St-Jacques.

C’est le cas de l’agriculteur et propriétaire de la Ferme Bermanic, Martin Berger, qui a accueilli les ateliers sur ses terres. Il utilise différentes techniques comme le travail réduit ou les doses réduites d’herbicides. Il a présenté aux gens présents la haie arbustive de 420 mètres qu’il a plantée en mai. La plantation d’arbustes pour stabiliser les sols le long des cours d’eau fait partie des bonnes pratiques environnementales à adopter.

Trois autres activités de formation seront aussi offertes à l’automne. D’autres thématiques seront exploitées. Lors de la journée du 12 juillet, les formateurs ont parlé des caractéristiques d’un sol vivant, des problématiques du drainage du sol et comment comprendre le sol.

« Il n’y a pas de contradiction entre l’augmentation de la production et la protection de l’environnement », assure le formateur du MAPAQ, Louis Robert.

image