29 novembre 2017
Des pièces du NCSM Iroquois rapatriées à Sorel-Tracy
Par: Jean-Philippe Morin

Guy Durand, Germain Martin, Jocelyn Mondou, Denis St-Martin et René Cournoyer posent fièrement devant une des hélices du NCSM Iroquois, chez Usinage St-Laurent. (Photo: Kevin Arseneault)

Une des hélices (Photo: Kevin Arseneault)

L'ancre du NCSM Iroquois (Photo: Jocelyn Mondou)

À défaut d’accueillir le légendaire navire NCSM Iroquois là où il a été construit chez Marine Industries entre 1969 et 1972, la Corporation du Site historique maritime de Sorel-Tracy, en collaboration avec Aciers Richelieu, a rapatrié les hélices, l’ancre et la chaîne du dernier destroyer de la Marine canadienne.

Les quatre responsables de la Corporation, Guy Durand, Denis St-Martin, René Cournoyer et Germain Martin, ont demandé la livraison des deux hélices, de l’ancre et de sa chaîne, d’un poids total de 19 tonnes, d’Halifax jusque chez Usinage St-Laurent. C’est la compagnie Aciers Richelieu qui a défrayé les coûts du transport.

Entre l’été 2012 et décembre 2015, la Corporation a tenté de rapatrier l’Iroquois à Sorel-Tracy pour en faire un musée historique. Comme il a navigué pendant plus de 42 ans, il n’était plus dans les conditions d’être remorqué de Halifax à Sorel-Tracy, si bien qu’il a été démoli au cours de la dernière année.

La Corporation a ensuite relancé la Marine canadienne afin de recevoir son navire jumeau, le NCSM Athabaskan, mais il était dans le même état que le NCSM Iroquois.

La Marine canadienne, après ces deux refus, a tout de même accepté de livrer les pièces de l’Iroquois aux Sorelois.

De son côté, la Ville de Sorel-Tracy devra choisir l’endroit où les exposer. Selon le conseiller municipal Jocelyn Mondou, deux endroits peuvent être envisagés : le quai Richelieu ou le quai Catherine-Legardeur. Ce sera au conseil de prendre la décision.

image