22 août 2016
Des photos pour mettre en valeur le regard positif des gens
Par: Louise Grégoire-Racicot
Gary Carpentier est l’initiateur du projet « On va de l’avant avec du positif ». | Photo: gracieuseté

Gary Carpentier est l’initiateur du projet « On va de l’avant avec du positif ». | Photo: gracieuseté

Gary Carpentier est un photographe du dimanche. Depuis le 15 mai dernier, il constitue une banque de 100 photos de personnes, Soreloises ou pas, acceptant de traduire en une phrase ce qu’ils aiment de Sorel-Tracy.

« On va de l’avant avec du positif » est le thème qu’il a retenu pour identifier ces photos qu’il publie régulièrement sur sa page Facebook.

« J’ai commencé un peu en réaction à toutes les interventions négatives que je lisais sur Facebook. Pas que je ne sois pas critique voire négatif à mes heures. Mais pour apporter une autre façon de voir, simple et accessible. Pour faire découvrir des choses que des personnes de tous les âges apprécient. C’est simple, je me promène dans la rue, mon appareil photo en main et je demande à des gens de prendre leur photo et qu’ils me disent ce qu’ils aiment de Sorel-Tracy. Rien de plus. »

Ce qu’il adore dans cette démarche, dit-il, c’est notamment ce qu’il a entendu des gens de l’extérieur soulignant l’accueil chaleureux que les Sorelois leur font, les atouts qu’ils y voient dont la piste cyclable, la marina, le centre équestre Richardson, le calme de la région.

Les gens d’ici lui parlent surtout des services qu’ils y reçoivent. « Mais je me rends compte qu’ils aiment leur ville, qu’ils ont un sentiment d’appartenance très fort et des racines profondes. »

La plupart du temps, ils acquiescent rapidement à la photo, dit-il. « Je ne reçois que 5% de NON. Ils doivent rencontrer mes critères – avoir 18 ans, ne pas être un élu dans la MRC de Pierre-De Saurel. Dans le fond, je photographie des gens de tous les âges à leur état naturel, s’ils ont quelque chose de positif à dire sur la ville. »

La principale limite à son projet, dit-il, est que plusieurs ne sont pas inscrits sur Facebook. Mais ce faisant, il pense tout de même rejoindre tous ceux qui fréquentent sa propre page et celles de ses sujets photographiés ainsi que leur réseau respectif.

« Au 15 août, le projet avait reçu 2294 «j’aime» provenant de la MRC Pierre-De Saurel et de partout au Québec. Ce qui me fait penser au dicton «On ne fait pas pousser une ville… en lui lançant des roches». Jamais je me serais attendu à autant! Car je ne veux rien prouver avec ce projet. Je n’ai pas de thèse à démontrer. C’est mon père, un positif lui-même, qui m’a suggéré la démarche et son titre! Et j’ai aimé l’idée. Il allie à la fois mon amour de la photo et des gens. Il n’y a rien de politique ou de sociétal dans cette démarche. Que du plaisir. »

Le projet lui demande quand même du temps: se déplacer, prendre la photo, monter le concept en y intégrant la phrase. Mais il ne regrette rien.

« Les gens sont de bonne humeur. J’exerce ma passion de la photo et je peux, par le texte y ajouter un peu de contenu qui l’enrichit. Je vais prendre les gens dans l’environnement qu’ils souhaitent, leur environnement naturel souvent. Ça me fait du bien d’entendre ce qu’ils ont à dire. »

Mais il n’aurait pu assumer cette démarche, assure-t-il, sans l’aide des gens d’affaires Yannick Caisse, Éric Généreux, Denis Péloquin, André et Joannie Tellier que d’Yvon Nadeau, un citoyen de Sorel-Tracy.

image