5 décembre 2019
Réaménagement de la place François-De Sales-Gervais à Contrecœur
Des locataires devront se trouver un nouvel endroit pour vivre
Par: Katy Desrosiers

Deux des bâtiments démolis se trouvent tout près de la mairie de Contrecœur. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Le bâtiment qui sera démoli près de la rue Papin servira à donner une fenêtre sur le fleuve pour le moment. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Au cours des dernières semaines, la Ville de Contrecœur a procédé à l’acquisition de trois immeubles à logements, dont deux à côté de la mairie, pour l’aménagement de la place François-De Sales-Gervais et du quai municipal. Cependant, une dizaine de locataires devront déménager et certains le feront sans gaieté de coeur.

Publicité
Activer le son

La Ville avait annoncé cet été que la place François-De Sales-Gervais et le quai municipal, situés derrière la mairie, seraient réaménagés grâce à une subvention de 995 132 $ provenant de la Communauté métropolitaine de Montréal. Le projet total sera de 2 M$.

Pour réaliser son plan, la Ville de Contrecœur s’est entretenue avec les propriétaires des bâtiments près de la mairie pendant près d’un an.

La mairesse affirme que la démolition des logements et la transformation de l’espace viennent répondre au besoin de la population pour l’accès aux berges. « C’est un lieu très rassembleur, toujours rempli, les gens viennent utiliser le bord de l’eau pour la pêche, avec leur embarcation », explique Maud Allaire.

Les bâtiments démolis comprendront aussi des hangars, cabanons et une cantine près du quai municipal.

Des résidents sous le choc

Un des locataires, qui n’a pas voulu que son nom soit publié, est encore sous le choc de devoir quitter ce lieu avec une vue privilégiée qu’il habite depuis 10 ans.

« On a reçu un avis, on doit quitter pour le 1er juillet 2020. Eux se fixent sur la Loi, qui est le minimum évidemment. Ils nous donnent trois mois de loyer et les frais de déménagement si on déménage dans la région », précise le locataire. Il dénonce aussi le fait que la Ville dédommage les frais sur présentation des factures et qu’elle n’avance pas un certain montant.

« Moi ça va, je peux l’absorber financièrement, mais peut-être pas certaines personnes. […] Et un déménagement dans la région ça veut dire quoi? Si ça fait leur affaire, ils vont rembourser, sinon ils vont refuser de payer? », ajoute-t-il.

Dans la lettre que les locataires ont reçue, la Ville mentionne toutefois être ouverte à payer des frais en avance sur entente avec elle.

L’homme est présentement à la recherche d’un nouvel appartement, mais doute qu’il puisse en trouver un à Contrecœur. « Il n’y en a pas de logements ici. Il n’y a aucun secteur à Contrecœur où il y a des logements semblables. Et on ne peut rien dire. […] On parle d’une ville ici. Normalement, elles vont aider les contribuables à avoir des logements, pas les détruire », souligne le locataire.

Selon lui, l’emplacement derrière la mairie n’est pas très achalandé. Il ne comprend donc pas pourquoi la Ville tient à démolir les logements et réaménager l’endroit.

Un projet bénéfique pour tous

« Je pense qu’en soi, c’est un beau projet pour Contrecœur et toute la région. C’est vraiment ce qu’il faut en ressortir. Varennes a fait des belles annonces avec son milieu urbain. Elle a acheté des bâtisses aussi pour faire de la revitalisation », mentionne la mairesse.

Un troisième bâtiment a été acheté un peu plus loin, toujours sur la route Marie-Victorin, à côté d’un terrain vacant appartenant à la Ville. Cependant, la mairesse affirme qu’il n’y a pas encore de plan précis pour l’aménagement de cet endroit, près de la rue Papin. « Comme on est en plein développement économique et touristique, et en revitalisation de cette zone, il faut rester ouverts et avoir des opportunités. Ça donne une fenêtre sur le fleuve pour le moment », précise Mme Allaire.

image