30 avril 2015
Des inondations, un phénomène naturel?
Par: Sarah-Eve Charland

Les inondations sur les terres de Georges Dutil ne seraient dues qu’à un phénomène naturel récurent tous les ans à Sainte-Anne-de-Sorel, disent le maire de Sainte-Anne-de-Sorel, Michel Péloquin et le technicien de la faune, Paul Messier.

Publicité
Activer le son

Dans l’édition du 24 avril du Journal, un citoyen, Georges Dutil, a fait une sortie concernant ses terres inondées. Toutefois, ses terres font partie des zones inondables 0-2 ans. Cela signifie qu’elles sont assujetties à des inondations tous les deux ans, parfois même tous les ans.

Les inondations sur les terres de M. Dutil ne proviennent pas du même phénomène qui touche les terres de plusieurs agriculteurs de la région, dont la Ferme JM Paul, dit le technicien de la faune, M. Messier.

Le propriétaire pointait du doigt la construction d’un barrage à la confluence du Saint-Laurent et de la rivière de la Yamaska. L’accumulation de sédiments empêche l’eau de bien circuler dans le cours d’eau, affirme-t-il.

Toutefois, le technicien de la faune et directeur général de la Société d’aménagement de la baie Lavallière, Paul Messier, assure qu’il s’agit de la crue naturelle de la rivière Yamaska et du fleuve Saint-Laurent.

La visite s’est déroulée le 14 avril dernier, soit quelques jours après la crue des eaux du printemps. L’eau s’élevait à 50 cm au-dessus du barrage à cette date, estime M. Messier. « Le barrage n’a pas d’impact sur ce phénomène. »

« Depuis la nuit des temps, on est assujetti à des inondations aux printemps. Ça fait partie du patrimoine. On a été élevé là-dedans. La plupart des maisons sont construites sur pilotis », ajoute le maire de Sainte-Anne-de-Sorel, Michel Péloquin.

Non seulement la crue des eaux est naturelle, mais est essentielle à l’écosystème environnant, assure M. Messier. « Cela permet de créer un endroit favorable pour la fraie des poissons, surtout pour la perchaude et de créer un garde-manger riche pour les oiseaux. »

Il soutient également que les érables argentés, les frênes rouges, les saules noirs et les peupliers deltoïdes peuvent tolérer les inondations.

Georges Dutil maintient son point

Le propriétaire Georges Dutil maintient son point malgré tout. Il assure que l’ampleur des inondations est anormale et causée par la construction du barrage.

« Il s’agit d’une mauvaise gestion du barrage et dans les cours d’eau. Enlève le barrage, il n’y en a plus de problème. J’aurais peut-être des inondations, mais elles dureraient que quelques jours. Il n’y aurait pas de dommage », croit-il.

image