12 avril 2018
Développement du futur pôle logistique
Des familles agricoles inquiètes d’être expropriées à Contrecœur
Par: Jean-Philippe Morin

Une trentaine d'agriculteurs ont assisté à la séance publique du 3 avril à Contrecœur. (Photo : UPA Montérégie)

Une trentaine d’agriculteurs ont fait part, au conseil de ville de Contrecœur le 3 avril, de leurs craintes d’être expropriés en raison du projet de pôle logistique. Ils dénoncent un manque de transparence de la Ville dans le projet.

Les agriculteurs de la région soutiennent avoir eu accès à des plans non divulgués, commandés par la Ville de Contrecœur, qui dévoilent la vision de la nouvelle mairesse Maud Allaire en ce qui a trait au développement du futur pôle logistique.

« Le schéma en question nous inquiète, car l’administration municipale semble vouloir développer l’industrie en zone agricole sur des terres de très grande qualité. Nous sommes étonnés du manque de transparence de la mairesse Allaire qui a esquivé nos questions », a mentionné Ginette Blondin, présidente du Syndicat de l’UPA de Marguerite D’Youville et Longueuil.

« L’agriculture est aussi un moteur de développement économique pour notre région. Nous sommes d’avis que lorsqu’on adopte des solutions créatives et respectueuses, rien ne devrait opposer l’agriculture, l’environnement, le développement économique et la qualité de vie des citoyens. Les familles concernées veulent être consultées dans le respect. La croissance ne doit pas se faire au détriment des producteurs agricoles », a ajouté Yvan Allard, producteur de grains biologiques.

Selon l’UPA de la Montérégie, la mairesse a refusé de s’engager à utiliser les outils législatifs que sont les demandes d’exclusion à la Commission de la protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ), avant de procéder à l’expropriation de familles agricoles.

« Nous sommes présents sur le territoire depuis des générations et en tant que relève agricole, j’aimerais avoir la possibilité de m’y établir afin de perpétuer la tradition », a déclaré un agriculteur de 19 ans, au micro.

« Il ne faudrait pas répéter les erreurs de l’aéroport de Mirabel en expropriant inutilement des agricultrices et des agriculteurs. La Ville de Contrecœur doit simplement agir en transparence et de rendre publiques les analyses des différents sites envisagés afin de choisir celui de moindre impact pour l’agriculture », a conclu la présidente du Syndicat de l’UPA de Marguerite D’Youville- Longueuil.

La Ville réagit

Dans un communiqué de presse envoyé le 11 avril, la Ville de Contrecœur a souligné que le projet s’inscrit dans une démarche de planification qui remonte à 2008 et qu’elle a été transparente depuis le début. Après avoir expliqué tout l’historique du projet depuis les 10 dernières années, la Ville a tenu à apporter cette précision.

« [L]e conseil municipal de Contrecœur collabore étroitement à toute cette démarche avec l’ensemble des partenaires impliqués. De nombreuses étapes restent à franchir et l’ensemble des membres du conseil est déterminé à mettre en place un projet porteur pour notre région et qui fera l’objet du plus grand consensus possible », peut-on y lire.

La porte-parole de la Ville, Josée LaCombe, a précisé que ces plans ne sont que des concepts élaborés et simulés et qu’il n’y a rien d’officiel pour le moment. « C’est un projet régional, pas le projet d’une seule mairesse », explique-t-elle.

Une rencontre aura lieu au début du mois de mai entre la Ville et l’UPA à ce sujet.

image