27 novembre 2018
Mouvement étudiant pour obtenir une rémunération
Des étudiants disent s’endetter avec des stages à l’extérieur
Par: Julie Lambert

Une grève étudiante est présentement écartée au Cégep de Sorel-Tracy, mais un débat a lieu concernant la rémunération des stages pour les programmes techniques. (Photo : Archives/Pascal Cournoyer)

Si le mouvement de grève de milliers d’étudiants à travers le Québec pour obtenir des stages rémunérés n’a pas encore atteint Sorel-Tracy, leurs demandes seront aussi débattues dans la région. Plusieurs étudiants du Cégep de Sorel-Tracy doivent actuellement effectuer des stages à l’extérieur alors qu’ils n’ont pas les moyens, une situation déplorée par plusieurs qui se retrouvent en situation financière précaire pour obtenir leur diplôme.

Une étudiante dans la trentaine est actuellement à sa troisième année d’études au Cégep de Sorel-Tracy dans le programme Techniques d’éducation spécialisée. Elle déplore de ne pas avoir reçu assez de soutien du personnel enseignant lors de l’attribution des stages qui débuteront en janvier prochain.

« On m’a assigné un stage à Longueuil. J’ai tenté de changer l’endroit de mon stage puisque la session d’hiver passée, j’ai dû me déplacer à Drummondville. On m’a un peu dit de me débrouiller avec ce que j’avais. C’est choquant puisque cette situation est celle de bien des étudiants. Si je pouvais choisir moi-même l’endroit de mon stage, j’aurais pu m’en trouver un à Sorel-Tracy », souligne-t-elle en requérant l’anonymat.

Elle craint de se trouver dans une situation financière précaire et s’inquiète pour les autres étudiants venant tout juste de sortir du secondaire et qui doivent être moins à l’aise financièrement qu’elle. « Je travaille déjà 35 heures par semaine pour payer mes études et mes comptes puisque je n’ai pas droit à l’aide financière aux études. C’est déjà assez difficile de concilier mes études avec le travail alors que je suis à Sorel-Tracy, je ne sais pas comment je vais faire en faisant deux heures de route par jour. Je dois payer les déplacements de ma poche et cela va me stresser d’arriver à temps pour le travail le soir. Il devrait y avoir une parité entre tous les programmes. Comment se fait-il que certains soient rémunérés et d’autres non? », témoigne l’étudiante.

Un débat en cours

La présidente de l’Association générale des étudiantes et étudiants du Cégep de Sorel-Tracy (AGEECST), Gabrielle Lavallée, souligne que plusieurs étudiants dans la région vivent cette problématique. Dans les derniers jours, les membres de l’AGEECST ont rencontré la direction afin d’en discuter. La présidente croit qu’il faut trouver des solutions.

« Il y a de nombreux flous entre les programmes et actuellement, le fardeau de se débrouiller incombe aux étudiants. On a rencontré la direction du cégep et on a senti qu’elle était ouverte à travailler avec nous. Nous allons consulter nos membres dans les prochains jours. C’est un gros enjeu, nous essayons actuellement de nous faire une tête là-dessus. Aucun moyen de pression n’est envisagé pour le moment », avance-t-elle.

À l’heure actuelle, 32 associations étudiantes et près de 55 000 étudiants dans la province ont été en grève. Les porte-paroles du mouvement ont affirmé que si les étudiants n’obtenaient pas gain de cause rapidement, soit la rémunération de tous les stages dans tous les domaines, ils feraient une grève générale illimitée à l’hiver 2019.

Le Cégep de Sorel-Tracy compte 11 différents programmes techniques. La directrice Fabienne Desroches mentionne qu’il y en effet une différence entre chacun d’entre eux et aussi entre les types de stages.

Elle pense nécessaire de faire ce débat. Un comité ministériel sera formé pour étudier la question dans les prochains mois.

« Il faut vraiment faire le point et amasser toutes les informations nécessaires, car il y a plusieurs sortes de stages et certains, comme ceux d’observation, ne sont pas pareils à ceux pratiques. On essaie de répondre au mieux aux demandes et contraintes de nos étudiants, mais on a aussi un maximum de stages dans la région. Nos entreprises ne peuvent pas toutes recevoir nos étudiants. Certaines entreprises n’ont pas les ressources pour les accueillir. Il faut faire un débat sur le sujet, mais il faut le faire pour que cela ne restreigne pas l’accessibilité aux stages sans nuire aux entreprises. Il faut trouver une solution gagnant-gagnant », conclut Fabienne Desroches.

image