23 novembre 2020
Des enseignant(e)s font valoir leurs revendications
Par: Jean-Philippe Morin

Des enseignants ont manifesté pacifiquement en respectant les règles sanitaires sur la rue du Roi le 20 novembre. Photo gracieuseté

Le député Jean-Bernard Émond a rencontré le Syndicat de l’enseignement du Bas-Richelieu. Photo gracieuseté

Une vingtaine d’enseignantes et enseignants faisant partie du Syndicat de l’enseignement du Bas-Richelieu (CSQ) se sont rassemblés devant les bureaux du député de Richelieu, Jean-Bernard Émond, le 20 novembre afin de faire valoir leurs revendications sur la négociation en cours.

Publicité
Activer le son

La présidente du SEBR-CSQ, Lisette Trépanier ainsi qu’un membre du conseil exécutif ont pu avoir un échange avec le député sur la négociation et la situation que vivent les enseignants.

« Le personnel enseignant a besoin que le gouvernement les respecte en écoutant les solutions qu’ils mettent au jeu pour leur donner un peu d’air alors qu’ils croulent sous la tâche depuis trop longtemps, bien avant la pandémie », indique Mme Trépanier, qui juge que l’année a été difficile en raison des conditions de travail, mais aussi par le contexte de la crise sanitaire.

« Le but ultime de la négo 2020 est d’améliorer les conditions de travail des enseignantes et enseignants et, par le fait même, améliorer les conditions d’apprentissage des élèves. Les enseignants du SEBR-CSQ ont réitéré leur détermination à obtenir des améliorations dans leurs conditions de travail quant à la lourdeur de la tâche, la composition de la classe et les services offerts aux élèves en difficulté, de même que la rémunération et la précarité », ajoute-t-on dans le communiqué de presse.

Le Syndicat de l’enseignement du Bas-Richelieu représente les quelques 600 membres du Centre de services scolaire de Sorel-Tracy. Il compte parmi ses membres du personnel enseignant de tous les secteurs : préscolaire, primaire, secondaire, formation professionnelle et formation générale des adultes.

image