7 mars 2016
Des écoles plus vertes et accessibles
Par: Sarah-Eve Charland
L’école primaire Saint-Jean-Bosco fait partie des sept écoles où des travaux d’amélioration seront réalisés au cours des prochains mois. | TC Média - Archives

L’école primaire Saint-Jean-Bosco fait partie des sept écoles où des travaux d’amélioration seront réalisés au cours des prochains mois. | TC Média - Archives

La Commission scolaire (CS) de Sorel-Tracy a mis au sommet de ses priorités deux projets d’aménagement de ses infrastructures. L’organisation mettra en place les premières étapes de son plan d’accessibilité des bâtiments et son projet d’économie d’énergie au cours des prochains mois.

Publicité
Activer le son

Le projet d’accessibilité des bâtiments pour les personnes à mobilité réduite est une exigence de la Régie des bâtiments et de plusieurs ministères. Pour financer l’ensemble de ces travaux, la CS a obtenu un budget de 540 000$ du ministère de l’Éducation.

« Ces travaux visent à rendre nos bâtiments conformes. Certains éléments ne l’étaient pas », affirme la porte-parole de la CS, Christine Marchand.

Parmi les modifications, la CS aménagera entre autres, pour les personnes handicapées, des cabinets des toilettes et des lavabos, des places réservées dans les auditoriums, des ouvre-porte électriques et des places de stationnement.

« On avait déjà commencé certaines choses, mais pas de façon majeure. Cette année, il s’agit d’une priorité », ajoute Mme Marchand.

Les écoles Au Petit bois, Saint-Jean-Bosco, Bernard-Gariépy, Fernand-Lefebvre, Monseigneur-Brunault, le pavillon Tournesol et le centre Bernard-Gariépy sont les établissements visés par ces travaux d’aménagement au cours des prochains mois.

Durant l’année suivante, ce sera au tour des écoles Laplume, Christ-Roi, Pierre-de-Saint-Ours, Saint-Roch et le centre de formation professionnelle.

Économie d’énergie

La CS met également en marche le projet d’économie d’énergie en modifiant les systèmes de chauffage et d’éclairage. On y retirera aussi les réservoirs de mazout. « C’est ce qui cause les plus grandes dépenses énergétiques. »

Ce projet représente un investissement de près de 9,5 M$ sur deux ans. Il devrait s’autofinancer sur une période de six ans et demi. La CS investira 3 M$ qui proviendra d’un emprunt. Elle a aussi obtenu un financement d’Hydro-Québec, du ministère de l’Éducation, du ministère de l’Environnement et de Gaz Métro.

Les travaux seront complétés durant l’année 2016-2017. Le succès du projet dépendra également de l’implication des employés. « Si on veut générer des économies, il faut que le personnel soit sensibilisé et participe à sa façon », conclut-elle.

image