19 novembre 2018
Saint-Antoine-sur-Richelieu
Des démarches pour rendre la rue des Prairies publique sont entamées
Par: Julie Lambert

Le conseil municipal de Saint-Antoine-sur-Richelieu fera des démarches pour rendre la rue des Prairies publique après des demandes répétées depuis cinq ans de ses résidents. (Photo : Pascal Cournoyer)

Le conseil municipal de Saint-Antoine-sur-Richelieu analysera dans les prochains mois la façon de rendre la rue des Prairies publique afin de répondre à la demande et aux pressions des résidents. Si certains d’entre eux crient victoire, le dossier est loin d’être complété selon la Municipalité.

Plusieurs résidents du secteur dénonçaient depuis cinq ans les problèmes occasionnés après l’achat de leur maison sur cette rue et accusaient la Municipalité d’avoir commis des erreurs lors de l’autorisation de la construction du projet domiciliaire. Elle aurait entre autres perdu le plan d’aménagement d’ensemble. Les citoyens ont payé des milliers de dollars dans ce dossier pour obtenir gain de cause.

Une résolution d’intention de rendre la rue des Prairies publique a été adoptée lors d’une séance extraordinaire le 6 novembre dernier. Le vote a été demandé par le conseiller Bernard Archambault qui considère que la rue est privée et que les citoyens connaissaient la nature de leur propriété lors de son achat.

Il a été le seul à voter contre et une conseillère s’est retirée du vote en raison d’intérêts pécuniaires dans le dossier. Avec cette résolution, le conseil municipal voulait officialiser les démarches déjà entreprises dans les dernières semaines afin de rendre la rue privée publique, a expliqué la mairesse de Saint-Antoine-sur-Richelieu, Chantal Denis.

« La résolution servait à officialiser nos intentions d’acquérir les infrastructures. On a l’intention de trouver la solution pour que tout le monde soit content. Il reste toutefois plusieurs choses à vérifier et à analyser, dont les collectes des matières résiduelles et le déneigement. Il faudra plusieurs étapes, cela ne se fera pas rapidement. Notre directeur général par intérim pense que ce sera au printemps », souligne la mairesse.

Une citoyenne de la rue, Marthe Saint-Laurent, était contente de l’aide du directeur général par intérim et du soutien de quatre conseillers.

« J’apprécie que madame la mairesse revienne sur sa position initiale, soit celle de laisser une rue privée sans plan à ses citoyens. Je vois là une volonté générale de faire avancer positivement une situation nébuleuse qui dure depuis cinq ans. Nous pouvons parler d’une belle et grande avancée. Par contre, plusieurs questions restent en suspens comme les frais d’asphaltage. Un dossier à suivre et à finaliser », a-t-elle réagi.

image