25 août 2015
Des compressions de 1,7 M$ pour l’Hôtel-Dieu de Sorel
Par: Sarah-Eve Charland

L’année s’annonce difficile pour les établissements de santé de Sorel-Tracy qui devront faire face à des compressions de 1,7 M$ alors que les hôpitaux de la Montérégie sont sous-financés.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) Montérégie-Est subira une compression de 10,2 M$ pour l’année 2015-2016. Le budget total du CISSS est de 870 M$. Dans le journal La Voix du 24 avril 2015, on annonçait en primeur des compressions de 15 M$. Les coupures sont de moins grande ampleur que ce que craignait l’organisation.

« On a établi plusieurs mesures d’optimisation afin de terminer en équilibre budgétaire. On a déposé un budget équilibré en juillet », explique la directrice aux communications, France Descôteaux.

Les compressions vont comme suit : 1,7 M$ à Pierre-De Saurel, 4 M$ à Pierre-Boucher à Longueuil, 3,2 M$ au centre Richelieu-Yamaska à Saint-Hyacinthe et 1,5 M$ aux centres jeunesses.

Parmi les mesures d’optimisation, le CISSS a pris des mesures pour notamment réduire la main-d’œuvre indépendante et le temps supplémentaire, réduire le nombre de cadres et concentrer les achats en grandes quantités, explique Mme Descôteaux. « Les mesures touchent cinq volets, dont l’administration et la gouvernance. »

Des syndicats dans le néant

Les syndicats n’ont pas eu beaucoup d’informations sur les compressions qui s’annoncent dans chacun de leur département. C’est le cas notamment de la présidente du Syndicat des employés de bureau (CSN 3), Micheline Charron, du président de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé (APTS), Joël Bélanger et du président du Syndicat des employés paratechniques, services auxiliaires et de métier (CSN 2), Patrick Dussault.

« Il y aura certainement beaucoup d’impact pour la CSN 2 et 3. Il y aura une réorganisation, mais on n’est au courant de rien », affirme Mme Charron.

« On sait qu’il y aura probablement des fusions de services avec d’autres établissements. De quelle façon? On ne le sait pas. On a les informations au compte-gouttes », ajoute M. Dussault.

Centres hospitaliers sous-financés

Au début de la semaine dernière, les députés de la Coalition avenir Québec (CAQ) en Montérégie ont dénoncé le sous-financement dont sont victimes les centres hospitaliers en Montérégie.

Les hôpitaux auraient été sous-financés de 97 M$ en 2013-2014 et de 137 M$ en 2014-2015 par rapport aux autres centres hospitaliers du Québec.

« Le gouvernement établit un budget médian. Pour que les hôpitaux satisfassent tous ses besoins, ils auraient eu besoin de 137 M$ de plus en 2014-2015. Le trou se creuse d’année en année. C’est une iniquité qui n’a jamais été dénoncée », explique la députée de Montarville, Nathalie Roy.

Le député de Richelieu, Sylvain Rochon, s’est aussi montré inquiet. « C’est un problème récurrent et très préoccupant. On doit aussi s’inquiéter de la fusion des établissements et comment tout cela va s’enligner. »

Le problème est bien connu au ministère de la Santé, assure la porte-parole Noémie Vanheuverzwijn. Les budgets sont octroyés sur une base historique. Plusieurs autres facteurs entrent en ligne de compte, comme l’indexation du coût de la vie et la réalité démographique.

« Quand on tient compte de tous les facteurs, on constate que certaines régions sont mieux nanties. C’est vrai que la Montérégie et les régions en périphérie de Montréal sont moins favorisées en raison de leur boom démographique. On tente de rétablir progressivement l’équilibre d’année en année. »

image