19 août 2016
Des citoyens revendiquent l’austérité à Saint-Roch-de-Richelieu
Par: Sarah-Eve Charland
Le maire Claude Pothier a été questionné à de nombreuses reprises par des citoyens lors du dernier conseil municipal de Saint-Roch le 16 août. | Photo: TC Média – archives

Le maire Claude Pothier a été questionné à de nombreuses reprises par des citoyens lors du dernier conseil municipal de Saint-Roch le 16 août. | Photo: TC Média – archives

Le comité de citoyens de Saint-Roch-de-Richelieu ne démord pas de sa position. Le groupe a déposé plusieurs demandes aux élus le 16 août à la séance du conseil municipal. Une d’entre elles n’est rien de moins que l’austérité.

Cette séance a rassemblé près de 80 citoyens. La porte-parole du comité de citoyens formé depuis le 7 août, Linda Normandeau, a fait part des principales préoccupations du comité, qui se tournent vers les ambitions trop élevées des élus, juge-t-elle.

« On veut que Saint-Roch-de-Richelieu soit traitée comme une municipalité et non comme une ville. On doit diminuer les dépenses. Il y a certainement du gaspillage de fonds publics », affirme-t-elle.

En plus d’exiger que les citoyens soient consultés avant une prise de décision, elle a demandé à ce que les dépenses soient rationalisées au point de l’austérité afin de diminuer le taux de taxe municipale.

Elle a demandé, entre autres, d’abroger le règlement qui divise la municipalité en six districts électoraux. « C’est un peu farfelu de diviser le territoire en six districts électoraux. On veut voter pour les conseillers de nos choix », ajoute-t-elle.

Le comité a aussi réclamé le remboursement de la location de la salle qui a servi au rassemblement des citoyens, ainsi que l’accès gratuit à cette même salle pour de futures réunions des citoyens.

Elle a terminé son plaidoyer en demandant aux élus de revenir sur leur décision de l’achat des deux bâtiments et, au besoin, d’organiser un référendum. La municipalité avait autorisé, en juillet, l’achat de deux bâtiments, celui de l’ancienne caisse Desjardins au 386, rue Principale et celui situé au 665, rue Principale. Le conseil a autorisé les achats aux montants de 171 587$ et de 250 000$ respectivement.

Questionnée sur les coûts éventuels d’un référendum, elle a répondu « qu’il n’agissait pas d’un référendum pour l’ensemble de la province, mais d’un référendum pour Saint-Roch-de-Richelieu. Ça ne doit pas être une dépense élevée. »

Un exercice politique sain

Le maire de Saint-Roch-de-Richelieu, Claude Pothier, voit d’un bon œil les demandes de citoyens. « Les gens avaient des opinions. Nous les avons pris en note. C’est très positif comme exercice. Ce sont des échanges entre les élus et les citoyens. »

Concernant chacune des demandes émises par le comité de citoyens, M. Pothier n’a pas voulu se prononcer. « Ces demandes seront à l’étude. Il faut que je m’assoie avec mon conseil pour en discuter. On va aviser la population lorsque des décisions seront prises », conclut-il.

image