18 janvier 2018
Des citoyens de Contrecœur craignent la disparition d’un boisé
Par: Sarah-Eve Charland

Un groupe de citoyens demande à la Ville de Contrecœur de protéger un boisé. (Photo : Gracieuseté)

Un groupe de citoyens s’est opposé au changement de zonage d’un terrain où se retrouve le « Boisé du curé » à Contrecœur afin qu’il ne soit pas défriché. Les élus ont tout de même décidé d’aller de l’avant le 9 janvier en adoptant ce règlement.

Le « Boisé du curé » s’étend sur près de 12 262 m² et se situe à proximité du carrefour giratoire. Il se retrouve dans une zone commerciale depuis 1991. Ce changement adopté récemment permet de construire des commerces de grande surface.

Le groupe de citoyens, qui se surnomme « Demain à coeur », déplore le défrichage de grande masse qui a été effectué depuis une dizaine d’années sur le territoire de la municipalité. Selon la Ville, 70 hectares ont été défrichés depuis 2007.

« Nous demandons de mettre ce terrain en réserve pour fins publiques. […] On continue à dénoncer cette décision. Ce boisé a une valeur patrimoniale. Le fondateur de Contrecœur Antoine Pécaudy l’avait légué au curé à l’époque. Le terrain a appartenu à la Fabrique jusqu’en 2010. On fonde notre argumentation sur la valeur patrimoniale et les impacts sur l’environnement », affirme Andrée Chartier, du groupe de citoyens.

Le terrain a effectivement été vendu au groupe immobilier commercial Trillion en 2010.

Une cinquantaine de citoyens se sont présentés lors de la séance du conseil municipal de la Ville de Contrecœur du 9 janvier. Cinq citoyens ont d’ailleurs questionné les élus sur le dossier.

Une pétition circule depuis le 21 décembre. Le 18 janvier, plus de 5200 personnes avaient signé le document.

Même si la Ville a choisi de protéger le boisé de Contrecœur situé dans le secteur des colonies de vacances, Mme Chartier croit qu’il faut pousser plus loin la démarche. « Ce n’est pas parce qu’on se considère au-dessus de la moyenne régionale qu’on doit arrêter et baisser les bras. »

L’environnement au cœur des préoccupations selon les élus

La mairesse de Contrecoeur, Maud Allaire, n’a pas répondu à nos questions en entrevue et a préféré diriger notre journaliste vers un communiqué de presse. On peut y lire que « le conseil municipal réaffirmait qu’il n’avait pas l’intention d’intervenir dans les transactions commerciales privées. »

« Les conseillers et moi demeurons à l’écoute des citoyens. Nous avons des choix et des décisions parfois difficiles à faire et nous devons concilier les différents enjeux environnementaux, économiques, sociaux, touristiques, culturels, etc. qui composent une ville tout en respectant notre budget et la capacité de payer des contribuables », a mentionné la mairesse dans le communiqué.

Elle a tenu à rappeler que la Ville compte mettre en place des initiatives de plantation d’arbres et d’amélioration d’espaces verts. Les élus prévoient utiliser le Fonds de l’arbre, qui s’élève à 170 000$, pour le reboisement du district 1. Un comité sur l’environnement sera aussi mis sur pied incessamment.

image