25 janvier 2016
Des chaînes humaines créées pour protéger les CPE
Par: Julie Lambert
Une centaine de personnes, éparpillées un peu partout sur le territoire, ont créé des chaînes humaines devant quelques-uns des CPE de la région de Sorel-Tracy et des environs. | TC Média - Pascal Cournoyer

Une centaine de personnes, éparpillées un peu partout sur le territoire, ont créé des chaînes humaines devant quelques-uns des CPE de la région de Sorel-Tracy et des environs. | TC Média - Pascal Cournoyer

Une centaine de personnes, éparpillées un peu partout sur le territoire, ont créé des chaînes humaines devant quelques-uns des CPE de la région de Sorel-Tracy et des environs. | TC Média - Pascal Cournoyer

Une centaine de personnes, éparpillées un peu partout sur le territoire, ont créé des chaînes humaines devant quelques-uns des CPE de la région de Sorel-Tracy et des environs. | TC Média - Pascal Cournoyer

Une centaine de personnes, éparpillées un peu partout sur le territoire, ont créé des chaînes humaines devant quelques-uns des CPE de la région de Sorel-Tracy et des environs. | TC Média - Pascal Cournoyer

Une centaine de personnes, éparpillées un peu partout sur le territoire, ont créé des chaînes humaines devant quelques-uns des CPE de la région de Sorel-Tracy et des environs. | TC Média - Pascal Cournoyer

Une centaine de personnes, éparpillées un peu partout sur le territoire, ont créé des chaînes humaines devant quelques-uns des CPE de la région de Sorel-Tracy et des environs. | TC Média - Pascal Cournoyer

Une centaine de personnes, éparpillées un peu partout sur le territoire, ont créé des chaînes humaines devant quelques-uns des CPE de la région de Sorel-Tracy et des environs. | TC Média - Pascal Cournoyer

Une centaine de personnes, éparpillées un peu partout sur le territoire, ont créé des chaînes humaines devant quelques-uns des CPE de la région de Sorel-Tracy et des environs. | TC Média - Pascal Cournoyer

Une centaine de personnes, éparpillées un peu partout sur le territoire, ont créé des chaînes humaines devant quelques-uns des CPE de la région de Sorel-Tracy et des environs. | TC Média - Pascal Cournoyer

Une centaine de personnes, éparpillées un peu partout sur le territoire, ont créé des chaînes humaines devant quelques-uns des CPE de la région de Sorel-Tracy et des environs. | TC Média - Pascal Cournoyer

Une centaine de personnes, éparpillées un peu partout sur le territoire, ont créé des chaînes humaines devant quelques-uns des CPE de la région de Sorel-Tracy et des environs. | TC Média - Pascal Cournoyer

Une centaine de personnes, éparpillées un peu partout sur le territoire, ont créé des chaînes humaines devant quelques-uns des CPE de la région de Sorel-Tracy et des environs. | TC Média - Pascal Cournoyer

Une centaine de personnes, éparpillées un peu partout sur le territoire, ont créé des chaînes humaines devant quelques-uns des CPE de la région de Sorel-Tracy et des environs. | TC Média - Pascal Cournoyer

Enfants, parents, éducateurs, membres d’organismes communautaires et politiciens se sont réunis devant les CPE de la région, le 25 janvier, afin de créer des chaînes humaines pour manifester contre les coupures de 120 M$ envisagées cette année.

Craintives devant l’avenir de leur service, les directions des CPE espèrent que le gouvernement reviendra sur sa décision. La directrice du CPE La Marelle, Isabelle Guay, se réjouit de l’appui d’une centaine de personnes lors de cet événement qui se déroulait devant tous les CPE de la région.

« C’était un beau geste. Nous avons expliqué aux parents que nous souhaitons que le gouvernement stoppe ses coupures. On veut conserver nos CPE, mais on ne pourra plus fonctionner si elles se poursuivent », déplore Mme Guay.

De nouvelles coupes sont attendues, souligne-t-elle. Ces coupures pourraient se traduire par la suppression de trois postes d’éducateurs, décrit-elle, la réduction de 7,5h des employés de cuisine, la diminution de 20% du budget dans l’entretien et d’environ 30 000$ dans l’administration.

Une voie pacifique

Les employés du CPE des Marguerites voulaient sensibiliser la population, explique sa directrice Lucie St-Germain, mais aussi de démontrer la situation précaire des CPE.

« Le but est de nous faire entendre et de le faire de façon positive. Nous ne sommes pas les seuls inquiets. Les parents le sont aussi puisqu’ils sont touchés de leur côté par la modulation des frais de garde. Pour certains, le montant pourrait créer un gros trou dans leur budget », explique Mme St-Germain.

D’autres actions sont prévues au cours des prochains mois, y compris des manifestations à Montréal le 7 février prochain et la diffusion d’une pétition en ligne sur le site Internet de l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE).

Pas de terrain d’entente

Le gouvernement a mis sur pied un « comité de négociation » sur le financement des CPE. On y discute des façons de supprimer 120 M$ dans le financement des CPE et des garderies privées subventionnées en 2016-2017.

L’AQCPE, dont fait partie le Regroupement des centres de la petite enfance de la Montérégie (RCPEM) et les CPE de la région, n’est pas dans ce comité. Une discorde entourant le chiffre réel des coupures est une des raisons de son absence et l’association croit avoir épuisé tous les leviers de discussion avec le gouvernement, explique sa directrice générale, Claudette Pitre-Robin.

« Les CPE sont en péril. On veut que les parents et la population comprennent la situation. On ne connait pas encore l’ampleur des coupures, mais les membres des conseils d’administration auront des choix difficiles à faire. On espère que le gouvernement entendra raison. Il faut s’asseoir et trouver des moyens de s’entendre. »

Sans vouloir se prononcer sur les mobilisations entreprises par les CPE, la porte-parole du ministère de la Famille, Nadia Caron, souligne que les discussions sont toujours en cours.

« Le ministère est ouvert au dialogue. La porte est toujours ouverte avec l’AQCPE pour échanger et s’impliquer dans les décisions. Le gouvernement tente de revoir sa structure de financement », conclut-elle.

image