12 novembre 2019
De novembre à janvier à la Maison des gouverneurs
Denis St-Martin expose des objets amérindiens de sa collection privée
Par: Katy Desrosiers

Un masque cérémonial à épis de maïs abénakis fait vers 1940, provenant de Pierre Richard et acheté par Denis St-Martin. Photo Germain Martin

Les objets de l'exposition sont tirés de la collection privée de Denis St-Martin. Photo Germain Martin

L’exposition L’objet chez l’Autochtone du nord-est de l’Amérique, présentée par la Société de mise en valeur du patrimoine culturel québécois, sera à la Maison des gouverneurs du 14 novembre au 29 janvier prochain. Les objets sont issus d’une des collections de Denis St-Martin.

Publicité
Activer le son

En effet, le collectionneur sorelois prête au moins 80 objets de sa collection privée, qui datent de 1750 à 1950.

« Il va y avoir des modèles réduits de canots faits à partir de techniques ancestrales utilisées par les Attikameks, différents modèles de raquettes et des vêtements. Ce qui est intéressant, c’est que les autochtones accordaient une grosse importance au niveau du style, du perlage. […] On va retrouver des pièces d’art commercial amérindien datant de 150 ou 200 ans, des coffrets en bouleau, des choses décorées en poil d’orignal, avec des pics de porc-épics », souligne M. St-Martin.

Les 11 nations amérindiennes du Québec seront représentées dans l’exposition.

Des visites scolaires se tiendront pour faire découvrir cette culture aux jeunes.

« L’ouverture, par rapport aux jeunes, elle est plus rapide. Ils sont plus sensibles. Il y a une génération avec qui les autochtones avaient disparus mais là, on revient aux traditions. Les jeunes reviennent vers l’environnement. Il y a une partie de la culture autochtone qui intéresse énormément les jeunes », mentionne le collectionneur.

Il souhaite que les visiteurs puissent apprendre grâce aux objets présentés. L’homme est fier de pouvoir les faire découvrir aux gens de sa communauté. Tous les objets de l’exposition lui appartiennent. « Je n’ai rien contre le prêt d’objet de musées, mais pour des expositions régionales, c’est plus difficile de respecter les standards nationaux. Par exemple, le Musée de la civilisation prend des mesures de conservation avec un taux d’humidité. De façon régionale, on n’a pas accès. […] On a des normes quand même, mais on a une ouverture plus grande que certains musées », souligne M. St-Martin

Une passion grandissante depuis 25 ans

L’homme a commencé à s’intéresser aux objets amérindiens grâce à la découverte d’ancêtres au niveau des Abénakis. « Lorsqu’on découvre la culture autochtone, on se rend compte qu’elle est fascinante. On découvre leurs moyens de transport qui sont faits de ce que la nature peut offrir : en raquette l’hiver, l’été en canot. Il n’y avait pas de Rona à l’époque. S’ils avaient besoin de construire un canot, il fallait qu’ils aient les habiletés et la débrouillardise pour le faire », raconte M. St-Martin.

Le vernissage de l’exposition sera le 14 novembre, sous une formule 5 à 7. La population pourra visiter l’exposition du lundi au vendredi de de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 16 h 30. Les samedis et dimanches, l’exposition est ouverte de 10 h à 16 h. Dès janvier, la Maison des gouverneurs sera ouverte tous les jours de 10 h à 16 h. L’entrée est gratuite.

image