6 novembre 2020
Demandes d’excuses du président d’élection : Corina Bastiani réagit publiquement
Par: Alexandre Brouillard

Corina Bastiani, candidate dans le quartier du Faubourg à l’élection partielle et René Chevalier, greffier de la Ville de Sorel-Tracy et président d’élection. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives © et capture d’écran

La candidate à l’élection partielle dans le district du Faubourg, Corina Bastiani, a répondu par l’entremise de ses procureurs aux demandes d’excuses publiques émises par le greffier et président d’élection de la Ville de Sorel-Tracy, René Chevalier.

Publicité
Activer le son

Le jeudi 5 novembre, René Chevalier a envoyé un communiqué de presse aux médias demandant des excuses publiques de la part de Corina Bastiani. Le tout devait être fait dans un délai de cinq jours après la réception d’une mise en demeure, qui a été envoyée le 3 novembre, à cause des propos diffamatoires et mensongers qu’elle aurait tenus au microphone du journaliste Sylvain Rochon, à CJSO, le même jour.

Selon le greffier et président d’élection de la Ville de Sorel-Tracy, Corina Bastiani aurait publiquement mis en doute son indépendance ainsi que son intégrité à la suite de sa décision d’annuler l’élection partielle en raison de la pandémie. Elle aurait aussi laissé entendre qu’il avait été influencé dans sa décision par le conseil municipal. Pour René Chevalier, ses propos sont faux et diffamatoires.

Selon Mme Bastiani, qui a répondu le 6 novembre dans un communiqué intitulé « En toute bonne foi », M. Chevalier « exige des excuses publiques via l’ensemble des médias régionaux, excuses qui devraient être approuvées par lui sous menace de poursuite sans préavis. Nos avocats respectifs sont en contact depuis jeudi le 5 novembre au matin », écrit-elle.

Corina Bastiani dit ne pas comprendre l’empressement de M. Chevalier d’annuler l’élection partielle dès le 27 octobre au matin. « J’avais lu le clair énoncé sur le site du Ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. Les municipalités en zone rouge dont le scrutin était prévu après le 15 novembre devaient poursuivre les procédures électorales et la situation devait être réévaluée le 28 octobre ».

Le 27 octobre en fin de journée, la ministre des Affaires municipales et le l’Habitation, madame Andrée Laforest, affirmait que les élections partielles devaient se tenir et qu’il y aura scrutin le 6, 7, 12 et 13 décembre prochain. Face à ces spécifications, madame Bastiani souligne avoir confiance au processus électoral. « Je m’explique mal que le président d’élection, monsieur Chevalier, semble vouloir faire un débat public sur un doute exprimé spontanément par une candidate en réponse aux questions d’un journaliste radio lors d’une Tribune sur les enjeux de cette élection ».

La candidate à l’élection partielle dans le district du Faubourg termine son communiqué en mentionnant que pour elle, le débat est clos. « Si la réponse de mes procureurs ne satisfait pas monsieur Chevalier, que le processus judiciaire suive son cours, que l’on fasse la lumière sur cette histoire et qu’un juge tranche. Mon cher monsieur Chevalier… vous me voyez désolée de cette situation. Vous savez depuis des années que je reconnais vos compétences et vous savez également que j’ai les affaires publiques, la démocratie et les citoyens à cœur. Que l’on me laisse librement faire campagne! »

« Le dossier est clos »

En fin d’après-midi lundi, René Chevalier a envoyé une brève communication aux médias dans laquelle il disait considérer le dossier comme clos. Il se disait « satisfait des propos tenus par Mme Corina Bastiani à l’effet qu’elle lui réitère sa confiance et qu’elle reconnaît ses compétences à titre de président d’élections »,  peut-on lire dans le message.

Rappelons que l’élection partielle dans le quartier du Faubourg est prévue les 12 et 13 décembre. Le vote par anticipation aura lieu les 6 et 7 décembre. Mme Bastiani soutient qu’elle dévoilera sous peu les couleurs de sa campagne électorale.

image