23 août 2018
Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est
Déficit de 11,8 M$
Par: Karine Guillet

Le vieillissement de la population est une des causes de ce déficit, explique le CISSSME. (Photo: archives)

Le Centre intégré de santé et de services sociaux Montérégie-Est (CISSSME), qui inclut entre autres les établissements de santé de Sorel-Tracy, affichait au 31 mars 2018 un déficit de 11,8 M$ pour la dernière année financière. Le vieillissement de la population et des allocations ministérielles qui ont tardé à arriver sont parmi les facteurs expliquant ce déficit.

Publicité
Activer le son

Déjà, le porte-parole du CISSSME, Daniel Vincent, indique que l’établissement prévoit que son budget 2018-2019, de près d’un milliard de dollars, sera en équilibre budgétaire.

Selon le rapport annuel de gestion du CISSSME, le réseau de santé a connu une croissance de ses services, notamment parce qu’il a augmenté l’accessibilité en soutien à domicile pour les personnes âgées, en jeunesse, en déficience physique et intellectuelle, en imagerie médicale et en santé mentale dans la communauté. Le porte-parole du CISSSME indique que le but de cette croissance était de réduire les listes d’attente et de faire face aux besoins croissants d’une population vieillissante. Le financement gouvernemental nécessaire à soutenir cette croissance, qui représente un montant de 7,7 M$, n’a toutefois été confirmé qu’après la fin de l’année financière.

Le CISSSME estime aussi que le vieillissement de la population et le manque de ressources d’hébergement pour personnes aînées ont sollicité davantage les services d’urgences et les unités de soins, entraînant des coûts supplémentaires de l’ordre de 2,5 M$. Le CISSSME estimait en 2015 que la population âgée de 65 à 74 ans devrait augmenter de 44% entre 2011 et 2036, une croissance beaucoup plus rapide que celle de l’ensemble de la population. Le nombre nombre de personnes âgées de 75 ans et plus devait quant à lui tripler sur la même période.

Temps supplémentaire en hausse

Cette pression accrue sur le service de santé, couplée à une pénurie de personnel, a aussi eu des effets sur les employés du CISSSME. Cette situation a augmenté « de façon importante » les coûts en assurance-salaire et les heures de temps supplémentaire, une conséquence de 4 M$.

« Pour répondre à cette demande grandissante des services à la population, nous avons eu recours à du temps supplémentaire, à une augmentation de la main-d’œuvre indépendante et à l’embauche de nouveau personnel », indique M. Vincent.

Selon les données du rapport financier, le recours au temps supplémentaire pour les activités principales du CISSSME a augmenté de 25 % par rapport à l’année précédente, représentant 108 893 heures supplémentaires de plus. Le réseau de santé a également eu davantage recours à la main-d’œuvre indépendante, alors que le nombre d’heures travaillées par cette main-d’œuvre a augmenté de 12% pour les activités régulières. Globalement, le recours au temps supplémentaire représentait environ 3,6% du total des heures travaillées.

Afin de combler le manque de personnel et de faire face aux besoins grandissants, le CISSSME avait lancé une vaste opération de charme plus tôt cet été pour recruter 500 employés. L’organisation avait réussi à embaucher 706 employés supplémentaires en un mois, mais peinait toujours à combler ses besoins en professionnels de la santé, notamment des infirmières et des travailleurs sociaux. Depuis les six derniers mois, le CISSSME a engagé 1 500 employés, portant le nombre total d’employés à près de 13 500 personnes.

Faillite de Médicar

La faillite du transporteur Médicar, en novembre 2017, a également entraîné du temps supplémentaire pour assurer la relève des activités de transport adapté de la clientèle en CHSLD. « La fermeture de Médicar, responsable du transport sur notre territoire, a demandé un surplus de travail des gestionnaires et des employés afin d’assurer les transports des usagers », explique M. Vincent.

La situation a coûté environ 650 000$ au CISSSME. M. Vincent précise toutefois que la situation est maintenant sous contrôle, alors que le CISSSME est responsable d’une partie du transport et a conclu une entente avec la compagnie Dessercom via le regroupement d’achats.

Croissance des médicaments oncologiques

La croissance du coût des médicaments dédiés à la lutte contre le cancer a coûté 2 141 962$ de plus que prévu au CISSSME. « On fournit plus de médicaments en oncologie qu’auparavant, explique M. Vincent. La recherche évolue et l’efficacité des traitements aussi. Ce sont des médicaments et traitements très coûteux », conclut-il, rappelant qu’un traitement peut coûter plusieurs milliers de dollars.

image