2 octobre 2019
Des taux en hausse à la Commission scolaire de Sorel-Tracy
De plus en plus d’élèves réussissent en mathématiques
Par: Katy Desrosiers

La réussite des élèves de la Commission scolaire de Sorel-Tracy s'est particulièrement améliorée en mathématiques. Photothèque | Les 2 Rives ©

Les dernières données du ministère de l’Éducation concernant les taux de réussite des élèves aux épreuves uniques de juin 2019 démontrent une nette amélioration à la Commission scolaire (CS) de Sorel-Tracy, particulièrement dans les épreuves en mathématiques.

En un an, le taux de réussite des élèves dans le volet Culture, sciences et société a grimpé de 28,1 points de pourcentage, comparativement à une hausse de 0,8 point à l’échelle provinciale.

La directrice des services éducatifs pour la CS, Martine Rondeau, souligne que des bonds fulgurants ont été faits dans les trois volets du cours de mathématiques, soit culture, société et technique (CST), Technico-Sciences (TS) et Sciences naturelles (SN). « En maths TS, on n’avait pas de groupe en 2018, mais si on compare avec le groupe de 2017, c’est un bond de 15 points de pourcentage. En maths SN, il y a une augmentation de 26,4 points alors que la province a connu une augmentation de 4,4 points. En ce moment, on est rendu avec un écart de -4,5 points avec la province, alors qu’on en était à -26,5 points l’an passé », explique-t-elle.

Parmi les moyens mis en place pour soutenir les élèves, on note l’implantation depuis trois ans d’études dirigées. Ce sont des périodes en soirée où un enseignant débutant ou remplaçant, ayant été formé par un enseignant en mathématiques, donne un cours à une quinzaine d’élèves pour revoir certaines notions. Aussi, les manipulations et l’approche par problème sont favorisées pour que les élèves développent des stratégies afin d’être plus performants dans la résolution de problèmes. À l’École secondaire Bernard-Gariépy, cette année, est implantée une approche collaborative avec un accompagnement pour les enseignants, par les conseillers pédagogiques. Ces derniers font de la recherche et transmettent aux enseignants différentes méthodes d’enseignement. Aussi, les critères d’admissibilité pour les différents volets ont été resserrés pour que les élèves, dans chaque volet, aient davantage la capacité pour réussir.

Amélioration en français et en anglais

En français, la même méthode d’accompagnement avec des conseillers pédagogiques a été instaurée dans les années passées. Des moyens comme la lecture interactive et des ateliers d’écriture ont été pris. En écriture de 2e et 5e secondaire, une épreuve pratique comme celle du ministère a été intégrée, comme en mathématiques. « Pour l’épreuve ministérielle, on est à 83,9 % de réussite, c’est une augmentation de 5,4 points de pourcentage entre 2018 et 2019 », précise Mme Rondeau. La moyenne provinciale est de 80,6 %, soit en deçà du résultat local.

En anglais, l’augmentation des résultats locaux est supérieure à la moyenne provinciale. « En interaction orale, on a augmenté de 3,1 points de pourcentage et la province de 0,1. L’écart s’est creusé, on avait – 4,2 points et on a maintenant seulement – 0,8 », mentionne Mme Rondeau. En 2019, 96 % des élèves d’ici ont réussi l’épreuve d’interaction orale.

Difficile pour la science et technologie

En science et technologie, la CS a connu une baisse de 10,9 points de pourcentage du taux de réussite et la province de 10,2. « L’an dernier, mes collègues des autres commissions scolaires voyaient aussi plus d’échecs. On va creuser les résultats par enseignants et par groupe pour voir ce qui peut expliquer ça. On est dans une année difficile pour la rétention et quand un enseignant tombe malade, il n’y a pas toujours un enseignant qualifié pour le remplacer ou le remplaçant n’est pas dans la bonne discipline. Je ne dis pas que c’est ce qui s’est passé, mais globalement, ça peut jouer sur le facteur de réussite des élèves », souligne Martine Rondeau.

 

À lire aussi : Le taux de diplomation plutôt stable d’année en année

image