4 juin 2021
De bonnes nouvelles pour le complexe aquatique?
Par: Katy Desrosiers

Des maquettes du complexe ont été dévoilées en 2019 alors que des soirées consultatives ont aussi été tenues auprès de la population. Photo Ville de Sorel-Tracy

Réunis à Châteauguay le vendredi 4 juin pour annoncer la construction d’un complexe aquatique dans cette ville, des ministres et députés tant au niveau fédéral que provincial ont aussi discuté d’autres projets d’envergure devant se réaliser en Montérégie. Au bas de la liste demeure un projet à dévoiler, dont le montage financier concorde avec le projet de complexe aquatique de Sorel-Tracy.

Publicité
Activer le son

En effet, dans le tableau annonçant les 27 projets se trouve une ligne pour un projet à venir, dont les détails ne sont pas encore dévoilés. Pour celui-ci, on peut déjà voir des investissements de 10 M$ du provincial, 10 M$ du fédéral et 11 550 000,05 $ pour la municipalité concernée sont prévus.

Le coût total de ce projet en suspens serait donc d’un peu plus de 31,5 M$, ce qui s’approche du montant de 30,5 M$ estimé par Sorel-Tracy pour son projet de complexe aquatique.

Alors qu’au cours des dernières semaines d’autres villes ayant aussi déposé leurs projets ont reçu une réponse positive, comme Saint-Ours avec sa patinoire couverte, Sorel-Tracy n’a toujours pas eu de réponse du gouvernement provincial.

Cependant, le directeur des communications de la Ville, Dominic Brassard, est optimiste.

« On espère un dénouement positif à notre projet parce que c’est pour toute la communauté. Ce n’est pas juste pour la Ville, c’est pour la région. C’est un projet porteur qui est nécessaire, notre piscine étant vieillissante. On espère qu’on sera en mesure d’avoir des bonnes nouvelles de la part des gouvernements », souligne-t-il.

De son côté, le député Jean-Bernard Émond se veut rassurant.

« Cette semaine, conjointement avec le gouvernement fédéral, le gouvernement du Québec et la Ville de Saint-Ours, j’ai annoncé la réfection de la patinoire Richard-Gosselin. Concernant le dossier du complexe aquatique de Sorel-Tracy, je réitère que ce projet structurant est indispensable pour notre région et j’ai bon espoir d’être en mesure d’annoncer sous peu de très bonnes nouvelles », a-t-il indiqué par courriel.

Pour des projets d’infrastructures récréatives et sportives en Montérégie, il a été annoncé que le gouvernement fédéral investit plus de 29,7 M$ par le biais du volet Infrastructures communautaires, culturelles et récréatives du Programme d’infrastructure Investir dans le Canada. Le gouvernement provincial investit également plus de 29,7 M$ dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS)

C’est en février que la Ville de Sorel-Tracy avait déposé son projet dans le cadre du PAFIRS.

Un projet modifié

La Ville de Sorel-Tracy contemple depuis plusieurs années l’idée de construire un complexe sportif. Des études de faisabilité ont été réalisées et quelques versions du projet ont été présentées à la population.

Au départ, le projet devait comprendre, en plus d’une piscine semi-olympique, un bassin récréatif, une zone de jeux d’eau, une salle polyvalente, des vestiaires et des espaces publics, un terrain synthétique intérieur de 2501 mètres carrés, équivalent à un terrain de soccer à 7, une piste de course à pied et une salle polyvalente subdivisible pour tenir des activités aérobiques.

Sauf qu’en raison d’une explosion des coûts faisant passer le projet de 30 M$ à 40 M$, la Ville a choisi de scinder le projet en deux. Ainsi, en février, seulement la première phase du projet comprenant la partie aquatique a été déposée.

La Ville ne ferme pas la porte au terrain synthétique intérieur, à la piste de course et à la salle multifonction, mais a pris cette décision pour favoriser ses chances dans le cadre du programme de subvention.

Le terrain synthétique extérieur

Dans le dossier du terrain synthétique extérieur, qui n’est pas relié au PAFIRS, une réponse se fait également attendre du gouvernement provincial.

« Je vous confirme que nos jeunes et moins jeunes, qui réclament depuis longtemps une surface de jeu synthétique dans notre région, peuvent espérer plus que jamais recevoir une bonne nouvelle en ce sens très bientôt, avance Jean-Bernard Émond. L’amélioration de nos infrastructures sportives, qui est une priorité pour moi, est nécessaire afin de favoriser l’adoption de saines habitudes de vie chez nos jeunes, d’améliorer la qualité de vie des citoyens et de susciter l’engouement des jeunes familles pour notre région. »

image