27 août 2019
Exposition à la Maison des gouverneurs jusqu'au 6 novembre
David Moore explore le thème des migrants
Par: Katy Desrosiers
L'artiste David Moore, d'origine irlandaise, est au Canada depuis plusieurs années. 
Photo gracieuseté

L'artiste David Moore, d'origine irlandaise, est au Canada depuis plusieurs années. Photo gracieuseté

David Moore présentera majoritairement des sculptures sur bois lors de l'exposition. 
Photo gracieuseté

David Moore présentera majoritairement des sculptures sur bois lors de l'exposition. Photo gracieuseté

L’artiste David Moore exposera sculptures et œuvres à la Maison des gouverneurs du 29 août au 6 novembre lors de son exposition Va dire à mes amis Que je me souviens d’eux. Le vernissage de cette exposition, sous le thème Les Migrants, se déroulera le 5 septembre dès 17 h.

« Souvent on regarde l’art comme de l’évasion, pour s’amuser, mais en même temps, je trouve important que l’art permette une réflexion sur les grands thèmes qui sont importants à notre époque », souligne l’artiste.

Pour créer, M. Moore s’inspire de tout ce qui est ancien, comme ce qu’on trouve sur des sites archéologiques. « Ç’a souvent l’air un peu cassé, dit-il. Mes œuvres n’ont pas l’air modernes. Elles sont modernes dans la pensée, mais l’inspiration est très ancienne. »

Le monde aquatique est abordé dans l’exposition. L’artiste fait le lien avec des migrants qui quittent souvent leur pays en bateau et qui traversent la mer. « J’en suis un aussi. Je suis venu de l’Irlande en bateau et je me suis bien intégré ici. Mon nouveau pays, c’est le Québec. C’est un privilège de le regarder d’un point de vue de migrant qui est stressé de quitter ce qu’il connaît, sa famille, pour arriver dans un endroit qu’il ne connaît pas. Moi je peux aussi le voir d’un point de vue des gens qui sont déjà en place et qui sont confrontés à leur arrivée. Je veux transposer les émotions avec l’exposition. Ce sentiment que la mort est possible. On s’en va vers la vie, mais le danger est autour », admet David Moore.

Dans la plus grande pièce, les visiteurs pourront donc observer des sculptures liées au monde marin, telles que des sirènes et un sarcophage travaillé dans un tronc d’arbre devenu un bateau à rames. Certains des personnages ressemblent aussi à des proues d’anciens bateaux. « Le monde de l’imaginaire est évoqué. Il y a aussi un côté mythique », explique l’artiste.

Un vernissage garni d’interactions

Lors du vernissage, l’artiste interagira avec ses œuvres afin de les confronter et de leur donner un sens. Également, l’auteur sorelois Louis Caron prêtera sa voix lors d’une performance. « C’est un coup de chance. Je cherchais un homme avec une belle voix grave et il y a beaucoup de voix que je trouvais trop showbizz. On me l’a recommandé », souligne M. Moore. Louis Caron interprétera la chanson Un Canadien errant, une chanson qui évoque le parcours des Patriotes.

Même si certaines œuvres sont liées à des émotions plus sombres, le sculpteur amène une ambiance plus légère avec d’autres. « Dans la salle du haut, j’aurai des sculptures de singes qui indiquent la lumière. Y’a du sérieux et aussi du loufoque dans l’expo. Plusieurs émotions à tour de rôle nous confrontent », explique-t-il.

L’homme, qui a vu ses œuvres exposées sur différents continents, aime particulièrement exposer à Sorel-Tracy. « Il y a un esprit culturel étonnant et je suis attiré par les situations où les gens sont intéressés par la culture. Surtout Sorel. C’était industriel, avec des gros travaux sur les bateaux. Et c’est une ville qui était dure. Maintenant, c’est vraiment une évolution qui fait que c’est une ville intéressante pour un artiste comme moi pour créer des liens avec le public », précise-t-il.

L’exposition sera ouverte du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h et de 13 h à 16 h 30, ainsi que les samedis et dimanches de 10 h à 16 h. L’entrée est gratuite.

image