27 mai 2019
Reg'art de moi
La cour de l’École Martel tapissée des visages de ses élèves
Par: Raphaëlle Ritchot

Les élèves posent fièrement dans la cour de l'École Martel. Photo Pascal Gagnon

Les élèves ont installé eux-mêmes les photos qu'ils ont prises. Photo Raphaëlle Ritchot | Les 2 Rives ©

Tous les élèves de l’École Martel ont dévoilé, le 23 mai, le résultat du projet Reg’art de moi sur lequel ils ont travaillé pendant 12 semaines dans le cadre du programme La culture à l’école volet Une école accueille un artiste, avec la photographe soreloise NathB.

Publicité
Activer le son

Depuis février dernier, NathB et son équipe travaillent avec les élèves de la maternelle 4 ans jusqu’à ceux en 6e année afin de développer leur apprentissage photographique et artistique en plus d’augmenter les échanges, l’imagination, la créativité et le travail en équipe. La dernière étape du projet consistait à ce que les élèves réalisent des portraits d’un camarade d’un autre niveau scolaire.

Les élèves ont donc accroché, jeudi dernier, les portraits de leurs camarades tout autour de la clôture qui entoure la cour de récréation de l’école primaire.

« C’était beau de les voir au fil des semaines prendre de la confiance en soi. Dans un premier temps, nous avons fait des ateliers pour leur faire prendre conscience de la notion de droit à la vie privée, qu’on ne peut pas photographier n’importe quoi. Ensuite, nous les avons laissé explorer leur milieu de vie, grosse caméra professionnelle autour du cou. Dans le dernier atelier, nous avons mélangé les élèves de classe et ils devaient faire les portraits entre eux », raconte la photographe.

Les ateliers et les rencontres ont permis de favoriser le sentiment d’appartenance à leur milieu, d’améliorer leurs habiletés sociales, d’apprendre à respecter le milieu de vie et, surtout, de favoriser l’estime et la confiance en soi tout en portant un regard sur soi et envers les autres dans un contexte de respect des différences.

Les élèves ont participé à toutes les étapes du projet, que ce soit de prendre les photos, les faire imprimer, les plastifier ou même poser les œillets sur les portraits géants.

« Vers la fin du projet, on voyait qu’ils avaient complètement changé leur perception et leur regard sur eux-mêmes. Ils faisaient également des efforts pour rendre l’ami qu’il photographiait à l’aise », souligne NathB.

Tout comme celui de 2014 à l’École secondaire Fernand-Lefebvre, ce projet s’inscrit dans le mouvement international Inside Out Project.

Inside Out est un projet d’art global participatif qui permet aux gens du monde entier de partager avec le public des messages importants à leurs yeux, en utilisant des portraits géants, en noir et blanc.

image