3 mars 2016
Contrecœur et Sorel-Tracy se réjouissent
Par: Sarah-Eve Charland
Le Port de Montréal se réjouit de l'annonce du ministre Jean D'Amour. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Le Port de Montréal se réjouit de l'annonce du ministre Jean D'Amour. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Les villes de Contrecœur et Sorel-Tracy bénéficieront d’investissements majeurs du gouvernement du Québec. Le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D’Amour, a annoncé un investissement de 300 M$ pour l’implantation de 16 zones industrialo-portuaires au Québec.

Publicité
Activer le son

Le gouvernement a choisi 16 villes à proximité d’infrastructures portuaires. « Cette proximité représente un avantage comparatif considérable pour les entreprises qui s’installent dans ces zones, parce qu’elle leur donne un accès facilité à leurs intrants et accélère le transit de leurs marchandises vers les marchés nord-américains et internationaux », a expliqué M. D’Amour, par communiqué.

De ces 16 villes choisies, Sorel-Tracy et Contrecœur en font partie. Cet investissement est issu de la Stratégie maritime et servira à développer des projets en lien avec des activités portuaires.

« Contrecœur est la seule ville qui peut se vanter d’avoir le titre de pôle logistique et de zone industrialo-portuaire. C’est un avantage pour attirer de nouvelles entreprises », affirme la mairesse de Contrecœur, Suzanne Dansereau.

Des comités locaux, qui seront connectés avec cinq ministères, seront formés prochainement pour élaborer le plan de développement. Celui de Sorel-Tracy s’est déjà mis en branle, assure le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin.

« Qu’est-ce qu’on va prioriser? Quels sont les marchés potentiels? C’est sur quoi nous allons nous pencher. »

Pour le moment, Mme Dansereau dit ne pas pouvoir dévoiler la teneur des projets envisagés à Contrecœur. « Rien n’est officiel. La prochaine étape est certainement l’annonce de nouvelles entreprises à Contrecœur. »

Du côté de Sorel-Tracy, plusieurs idées sont également sur la table. « On a beaucoup d’activités portuaires. Il s’agira de mettre à niveau les infrastructures et les rendre plus fonctionnelles », précise-t-il.

M. Péloquin a rappelé l’intention de la Ville d’acquérir le terrain de l’ancienne centrale d’Hydro-Québec situé en bordure du Saint-Laurent

Des entreprises enthousiastes

L’Administration portuaire de Montréal (APM) croit que ces investissements auront des effets positifs sur son projet d’agrandissement du Port de Montréal à Contrecœur.

« Notre projet contribuera positivement à cette volonté gouvernementale de maximiser l’attrait que constitue un port pour les entreprises », explique la porte-parole de l’APM, Mélanie Nadeau.

L’APM a annoncé en décembre 2014 l’agrandissement du terminal de Contrecœur, un projet de 650 M$ qui créera 1000 emplois d’ici 2021. L’organisation avait déjà enclenché le processus avant les différentes annonces du gouvernement dans le cadre de la Stratégie maritime.

La Chambre de commerce et d’industrie Sorel-Tracy métropolitain a salué l’annonce. « Plusieurs de nos entreprises du secteur maritime ont la capacité et la volonté d’investir dans les régions du territoire maritime. Pour ce faire, elles doivent compter sur des installations portuaires modernes et sur des voies d’accès aux ports qui sont efficaces », mentionne le président Jean-Christian Clément.

Des opposants blasés

Le député de Richelieu, Sylvain Rochon, ne s’est pas montré impressionné de l’annonce du ministre. Selon lui, il s’agit de matière réchauffée puisque l’annonce avait déjà été faite en juin 2015.

« Heureusement, Sorel-Tracy n’a pas attendu le signal du ministre D’Amour pour se mobiliser! », dit-il en rappelant que le comité local de développement est déjà formé.

image