19 juin 2015
Contrecœur, championne de la région avec ses quatre fleurons
Par: Louise Grégoire-Racicot
Une des entrées de Contrecoeur. | TC Média - Sarah-Ève Charland

Une des entrées de Contrecoeur. | TC Média - Sarah-Ève Charland

Vers le centre-ville de Sorel-Tracy,  à la hauteur du pont Turcotte.

Vers le centre-ville de Sorel-Tracy, à la hauteur du pont Turcotte.

Depuis 2009, Saint-Josephg s,affaire à embellir ses rues et parcs. | TC Média - Pascal Cournoyer

Depuis 2009, Saint-Josephg s,affaire à embellir ses rues et parcs. | TC Média - Pascal Cournoyer

La mairesse Suzanne Dansereau a souhaité, il y a 20 ans, que les gens arrêtent de décrier la Ville pour sa laideur, la présence imposante de l’industrie lourde et la pollution qu’elle entrainait. Elle a rêvé d’un environnement embelli, coloré dont les résidents pouvaient être fiers.

Aujourd’hui, elle peut dire avec plaisir « Vois comme c’est beau! » Une phrase dont elle a fait le slogan de sa ville. Entrées de ville, piste cyclable, fleurs et arbres plantés en abondance. Autant de manières d’arriver à décrocher ce quatrième fleuron auquel elle tient.

Il s’agit maintenant de le conserver. Voilà le défi qu’elle pose à son horticultrice qui, dès le printemps, planifie ce que seront les aménagements de la ville en cours d’année.

« Je me suis toujours dit que nous avions le fleuve qui est beau, mais pourquoi pas ajouter, avant d’y jeter le regard, de beaux aménagements qui réjouissent aussi. Ce qui fait de notre petite ville, un bel environnement apaisant. »

Elle a aussi su inciter institutions, industries et commerces à faire leur part en ce sens, quitte à leur faciliter parfois la tâche.

Puis la Ville a lancé des concours avec les commerçants et les citoyens, histoire de les entrainer dans cette vague d’embellissement.

Contrecœur n’a pas hésité, sous sa gouverne, à consacrer de l’argent au paysagement. De 4000$ à 14 000$ selon les années depuis 2009. Les années d’évaluation pour les fleurons étant les plus couteuses.

« J’y tenais à ces quatre fleurons. Il a fallu 10 ans d’efforts et deux fois pour les décrocher. Et on peut les perdre si on n’entretient pas bien nos aménagements. Ils sont des éléments de fierté et d’appartenance. »

Des fleurons qui stimulent!

Le programme des Fleurons du Québec stimule plusieurs municipalités à embellir leur milieu, cherchant à innover en paysagement tout en mettant en valeur des coins de leur territoire. Dans la région quatre municipalités y participent : Sorel-Tracy, Contrecœur, Saint-Joseph-de-Sorel et Saint-Roch-de-Richelieu.

@R:Lancé en 2006, ce programme national de classification horticole envoie des inspecteurs constater et évaluer les efforts faits par les municipalités pour améliorer leur coup d’œil au moyen d’aménagements horticoles. Il décerne, à la manière des étoiles pour les hôtels, de un à cinq fleurons. Cette évaluation est faite aux trois ans. Entretemps, les municipalités cherchent à compléter la qualité de leur environnement paysager.

Elles n’hésitent pas à s’y investir, voyant là une façon efficace d’inciter leurs citoyens à en faire autant.

Contrecœur a déjà mérité quatre fleurons, Saint-Joseph et Sorel-Tracy trois et Saint-Roch deux.

Sainte-Anne se retire

Inscrite aux fleurons depuis les débuts, le conseil de Sainte-Anne-de-Sorel a choisi cette année de se retirer du palmarès, elle qui en comptait trois.

Son directeur général, Maxime Dauplaise, a expliqué que les élus préféraient consacrer la cotisation que la municipalité déboursait pour participer à ce palmarès- entre 600$ et 700$ – à l’achat de fleurs.

Sorel-Tracy continue à embellir la ville

Sorel-Tracy consacre bon an mal 50 000$ à la plantation d’arbres. Elle continue aussi d’orner ses secteurs de plates-bandes et pots de fleurs qui coûteront cette année 15 000$.

« C’est un peu moins que les années précédentes puisqu’on a mis en terre des vivaces au cours des dernières années », spécifie son porte-parole Louis Latraverse.

C‘est à Fernand Robichaud qu’elle confie ensuite le soin de planifier les aménagements qu’il souhaite et de les faire exécuter par une dizaine d’employés de la division Parcs, espaces verts et horticulture dont il est responsable

« Nous planifions dès l’automne ce que sera l’aménagement paysager de l’année suivante. De façon à donner à nos fournisseurs de plants, d’arbres et de fleurs, la quantité qu’ils doivent livrer à temps à la Ville. C’est fait dès que le printemps le permet et que les employés ont complété le nettoyage des nombreux parcs de la Ville », explique M. Robichaud.

Ainsi imagine-t-il déjà comment les composer, les structurer avec arbustes et vivaces auxquels il ajoutera les touches de couleur des annuelles qui fleurissent tout l’été. Cela vaut aussi pour les aménagements autour des édifices municipaux qui changent depuis qu’il porte ce dossier.

L’attrait d’arrangements tient beaucoup à leur structure, mais aussi au fait que les bons plants sont placés à la bonne place, explique-t-il. Il faut aussi choisir des fleurs qui ne demandent pas trop d’arrosage. Celles qui résistent à la sécheresse.

À l’automne, précise-t-il, il faut savoir les protéger. « C’est bien beau de faire des arrangements, mais il faut surtout ne pas négliger de les entretenir pour les garder en santé. »

Les fleurons, note-t-il, sont un stimulus pour ceux qui aiment les aménagements paysagers.

« Ils nous poussent à s’améliorer. Et la Ville espère en y mettant du sien que cela aura un effet d’entrainement sur ses citoyens, ses industriels, ses commerçants. On partait de loin, mais on fait de bons pas », estime-t-il, lui qui apprécie particulièrement une plate-bande faite le long de la piste cyclable, près de l’ancien couvent des pères Franciscains.

Saint-Joseph en quête de beauté

Enclavée dans un milieu industriel, la ville de Saint-Joseph-de-Sorel fait des pieds et des mains, depuis 2009, pour embellir son environnement, histoire d’inspirer la fierté à ses résidents.

Elle a ainsi adhéré aux Fleurons du Québec. « L’idée est d’apporter des changements qui sauront accroître la fierté et l’appartenance de nos citoyens à leur ville », explique le maire Olivar Gravel.

Il y a encore des efforts à faire, reconnait-il. « Comme l’évaluation est faite aux trois ans, il nous en reste deux pour réaliser des choses qui nous permettraient de décrocher un 4e fleuron. Mais ce ne sera pas facile. »

Ainsi la ville a-t-elle fait appel à ses industriels et commerçants pour qu’ils réalisent aussi des projets horticoles pendant qu’elle poursuit le développement de ses espaces verts. Cette année, un nouveau projet est à l’agenda: le Parc des canons.

Bon an mal an, depuis 2009, elle consacre beaucoup d’argent à cet engagement d’embellissement. Au budget 2015, elle prélèvera 86 000$ pour l’aménagement d’espaces verts, l’achat de fleurs, d’arbustes et divers autres projets horticoles.

« En unissant tous ces efforts horticoles, le conseil est plus que jamais convaincu que le paysage de la ville subira un remodelage nature qui agrémentera grandement l’environnement de ses citoyens », reprend-il.

Rappelons que le budget consacré au fil des ans varie de 29 000 $ (2014) à 192 000$ (2013) alors que la Ville a créé un nouveau parc thématique. En 2012, elle a injecté 103 500$ pour un nouvel aménagement horticole sur la rue Pie IX (plantation d’arbres, d’arbustes, plantes et fleurs).

image