10 août 2021
Combiner visite au Gib Fest et observation d’œuvres d’art
Par: Katy Desrosiers

À l’ancien local de CJSO 101,7 FM sur la rue du Roi, les œuvres de Joffrey Rivard peuvent être observées. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Dans la vitrine de l’ancienne boutique Connivence, les œuvres d’Yves De Celles sont exposées. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Au 43, rue Augusta, se retrouvent les œuvres de Michel Jacques (à gauche) et d’Yves Pépin (à droite). Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Pendant toute la durée du Gib Fest, avec l’initiative « L’art dans vos vitrines », 11 artistes verront leurs œuvres exposées dans les vitrines de sept commerces vacants du centre-ville. Les festivaliers pourront les observer tout en déambulant dans les rues.

Publicité
Activer le son

Pour ce projet, le Gib Fest a fait appel à l’artiste Jocelyn Parenteau. Ce dernier collabore pour différents projets d’art avec l’organisation depuis 2011. Cette année, son intervention d’art dans la rue se présente sous la forme d’une exposition en plusieurs lieux dans des vitrines du centre-ville.

Sur la rue du Roi, les gens peuvent observer les œuvres de Nathan Marcotte à l’ancien Marine Cabaret et de Joffrey Rivard à l’ancien local de CJSO 101,7 FM.

Sur la rue Augusta, les œuvres d’Odette Langlois et de Yves De Celles seront exposées dans la vitrine de l’ancienne boutique Connivence. Aussi, les œuvres de Michel Jacques et d’Yves Pépin seront exposées au 43, rue Augusta.

Au 53, rue George, les festivaliers pourront observer les réalisations de Raymond Gendron et de Frédérique Pelletier.

Finalement, à l’emplacement où se trouvait le restaurant Quartier Général sur la rue du Prince, il y aura les œuvres de Laurianne Choquette et de Martin Cournoyer. À cet endroit se trouve aussi l’installation extérieure axée sur la poésie créée par l’organisateur, Jocelyn Parenteau.

« Il y a plusieurs façons pour que les arts visuels soient présents et cette année, c’est l’invitation que m’a faite le Gib Fest. Une autre année, on pourra peut-être faire quelque chose de plus gros. Quand j’ai commencé en 2011, on avait un lieu pour que les arts visuels soient représentés. On avait un mur de 8 pieds de haut et de 24 pieds de large. On avait un jardin. Mais cette année, ce sont les vitrines. Une autre année, on fera peut-être des murales aussi », explique M. Parenteau.

Poésie de confinement

Pour son installation personnelle sur la terrasse de l’ancien restaurant Quartier Général, Jocelyn Parenteau met de l’avant des poètes de la région. Il a réorganisé les tables et les chaises afin de créer un espace pour afficher les poèmes.

Cette installation se nomme « Deux mètres », pour faire référence aux mesures sanitaires en raison de la COVID-19. Il a donc lancé l’invitation aux poètes d’écrire sur le confinement.

L’aménagement de l’installation a une signification particulière. Elle représente des médecins et des ministres qui discutent de confinement et de mesures sanitaires.

À l’entrée de la terrasse, quatre tables et des chaises plus hautes représentent les médecins et scientifiques. Au fond, une grande table rectangulaire et trois grandes chaises représentent les ministres qui prennent des décisions. Au milieu se retrouvent les tables avec les poèmes. Les gens peuvent donc s’arrêter, s’asseoir et observer les différents écrits.

Jocelyn Parenteau trouve que la formule utilisée cette année pour le Gib Fest, soit de l’étaler sur plusieurs semaines, est un avantage. « Les gens partent en vacances, reviennent, et il y a encore quelque chose qui se passe », mentionne-t-il.

Roulez-Vert Sorel-Tracy et Imprimerie Sortrac sont partenaires de l’initiative de poésie. D’ailleurs, l’organisme Roulez-Vert Sorel-Tracy fera un don au nom des poètes pour la Fondation Hôtel-Dieu de Sorel.

Les gens intéressés à faire parvenir un poème peuvent le faire au jocelyn.roulezvertsoreltracy@gmail.com.

image