10 mars 2020
Décédé le 28 février dernier
Claude « Faddy » Charbonneau a laissé sa marque dans le sport régional
Par: Jean-Philippe Morin

Claude Charbonneau s’est éteint à l’âge de 79 ans. Photo gracieuseté

Claude Charbonneau (en bas à droite) a aussi fait sa marque à la balle molle. Photo gracieuseté

Claude Charbonneau, alias « Faddy », est décédé le 28 février dernier à l’âge de 79 ans des suites d’une longue maladie. Sa femme Mireille Émond est d’avis qu’il a laissé sa marque dans le sport, mais le qualifie avant tout d’homme familial qui a toujours pris soin de ses enfants et petits-enfants.

Publicité
Activer le son

« Je veux qu’on se souvienne de lui comme un homme généreux de son temps, mais surtout très familial. Il était toujours là pour ses enfants et petits-enfants. On était arrière-grands-parents d’une petite fille et d’une autre qui est née seulement une semaine avant qu’il décède », raconte Mme Émond, qui a été mariée avec lui pendant 56 ans.

Ceux qui ont connu « Faddy » savent qu’il avait toujours une anecdote reliée au sport à raconter, mais l’important pour sa femme était le temps qu’il accordait à sa famille. « Il suivait ses petits-enfants partout, dont Maxime dans toutes les arénas. Il était malade depuis environ cinq ans, mais il continuait d’aller le voir jouer partout. C’était important pour lui », relate-t-elle.

« C’était un homme très impliqué à la maison, poursuit-elle. Il faisait la bouffe, l’épicerie. Et son chalet dans les îles, c’était de l’or en barre pour lui. Ça faisait 30 ans qu’on l’avait. Quand il a pris sa retraite en 2001, on y allait souvent pour se ressourcer. »

Un sportif impliqué

Claude Charbonneau a connu une belle carrière comme joueur de hockey, notamment avec le Collège Sacré-Cœur, l’Externat classique, le Collège Laval et le Club Ste-Anne (dans la ligue continentale). Mais c’est surtout comme entraîneur qu’il a fait sa marque à plusieurs niveaux du hockey mineur (atome, pee-wee, bantam) de 1960 à 1985.

Puis de 1985 à 1990, il était entraîneur de l’équipe Bub-Goberger, qui s’est illustrée partout en province lors de tournois intermédiaires et en Europe. En 1992, avec Richard Béliveau et Gilles Leith, il a fondé et dirigé la Ligue de hockey Pierre-de-Saurel qui existe encore aujourd’hui.

À la balle molle, « Faddy » a évolué à de hauts niveaux dans les ligues BGM et Soreltex. Son père était jockey, ce qui a fait développer sa passion pour les courses de chevaux.

Claude Charbonneau a également écrit plusieurs chroniques au fil des années dans le journal La Voix et dans Le Nouvelliste. « Il avait une page complète de potins dans le journal La Voix du samedi », se rappelle Mireille Émond.

Tous ces exploits lui ont permis d’être intronisé en 2001 au Panthéon du hockey amateur de Sorel. Grâce à Claude Charbonneau, l’organisme se nomme aujourd’hui Panthéon des sports de Sorel-Tracy puisqu’il l’a fait renaître sous ce nom en février 2012 avec plusieurs bénévoles. Depuis ce temps, la mission a changé et tous les sportifs et entraîneurs sont admis, peu importe le sport dans lequel ils ont évolué.

« Outre de faire revivre le Panthéon, il s’est aussi battu pour faire sortir la sculpture de Bob Éthier. Il a laissé un legs important à la région. Jusqu’à la toute dernière minute, il faisait partie du Club des as, auparavant le Club de croquet, pour jouer au whist. Il était passionné dans tout ce qu’il entreprenait », conclut sa femme.

La famille recevra les condoléances au salon funéraire Mandeville & Mineau (80, rue Charlotte) le samedi 14 mars, dès 10 h. Les funérailles auront lieu à l’église St-Pierre (170, rue George) à 14 h.

image