2 juillet 2019
Élections fédérales 2019
Claude Carpentier invité à ne pas présenter sa candidature pour l’investiture du PLC
Par: Raphaëlle Ritchot

Claude Carpentier a annoncé qu'il ne participerait pas à l'investiture du Parti libéral du Canada pour la prochaine élection. Il avait été candidat pour le parti lors des élections fédérales de 2015. Photo Raphaëlle Ritchot | Les 2 Rives ©

Le Parti libéral du Canada (PLC) a suggéré à Claude Carpentier de ne pas soumettre sa candidature à l’investiture du parti dans la circonscription Bécancour–Nicolet–Saurel. Cette dernière aurait été de toute façon rejetée puisque l’Association locale et M. Carpentier accusent toujours une dette de près de 20 000 $ découlant de sa campagne à l’élection fédérale de 2015, selon des documents d’Élections Canada.

« Pour devenir candidat à l’investiture qualifié dans une circonscription électorale, un candidat potentiel à l’investiture doit respecter les exigences suivantes ; […] avoir acquitté ou avoir pris des dispositions satisfaisantes auprès du président de la campagne nationale pour acquitter toutes les dettes liées à une élection antérieure que doit cette personne ou toute organisation de campagne l’ayant soutenue lors de toute élection précédente, y compris tout montant pour lequel l’association de circonscription ou le parti sont assujettis », peut-on lire dans les règles nationales de sélection des candidats du PLC.

M. Carpentier croit tout de même qu’il aurait été possible pour lui de faire réviser cette décision, mais il a préféré ne pas le faire.

« Je n’ai pas l’énergie, ni l’envie de me battre contre mon propre parti pour une investiture, pour ensuite me lancer dans une campagne électorale », a-t-il laissé tombé, en point de presse le 2 juillet.

M. Carpentier a précisé que plusieurs éléments de la campagne de 2015 sont en cause pour expliquer cette dette.

« Malheureusement, nos efforts collectifs ont été insuffisants pour couvrir l’ensemble des dépenses de l’élection. Alors qu’une campagne électorale dure entre 30 et 33 jours, normalement, le Parti conservateur du Canada avait décidé de prolonger la campagne électorale pour une durée de 78 jours. On a donc été obligé d’assumer les frais de 45 jours supplémentaires de campagne électorale », se souvient M. Carpentier.

D’ailleurs, il a aussi souligné la superficie de la circonscription (2900 km²) comme facteur qui n’a pas aidé son équipe. Comme la circonscription est plus grande que d’autres, il a eu besoin de plus de pancartes électorales que certains candidats dans de plus petits comtés.

« Malgré cette contrainte, mon équipe et moi avons réussi à obtenir le plus grand pourcentage de vote pour le PLC dans le comté depuis 1984 et terminé en 2e position », a-t-il rappelé.

M. Carpentier a indiqué que cette décision met un terme définitif à sa carrière en politique. Il a également exclu toutes possibilité de se présenter autant comme candidat indépendant qu’à la politique provinciale ou municipale.

Une candidate s’est montrée intéressée à briguer l’investiture libérale dans le comté, soit Nathalie Rochefort. M. Carpentier a préféré ne pas commenter cette candidature.

image