20 septembre 2016
Chronique #1: Azimut diffusion, une rentrée réussie!
Par: Deux Rives
Steamy Nights Band a enflammé la scène, le 16 septembre dernier. | AZIMUT DIFFUSION

Steamy Nights Band a enflammé la scène, le 16 septembre dernier. | AZIMUT DIFFUSION

Voici la toute nouvelle chronique culturelle des journaux La Voix/Les 2 Rives, gracieuseté de Marco Gagnon.

Malgré une avant-première (le spectacle de Brigitte Boisjoli), Azimut diffusion lançait le 16 septembre sa saison d’automne. Pour ce faire, l’entreprise culturelle a convié la population à un rendez-vous philanthropique. Le Party de la rentrée prit la forme d’une activité de financement. En plus d’assister au spectacle, les détenteurs de billets eurent droit à une consommation gratuite et un hot-dog européen.

L’animation de la soirée fut confiée au Steamy Nights Band. Même si le nom de l’entité est peu connu, le SMNB est en quelque sorte une équipe d’étoiles d’artistes de la région. Il est formé de Stéphane Jetté à la batterie, de Vincent Lemoine aux claviers et de Serge Capistran à la basse qui assure aussi la direction musicale. Aux voix, nous retrouvons deux filles, Patricia Larcher et Martine Desaulniers, qui ont foulé plusieurs fois les planches dans la région. Christine Latour, l’instigatrice du projet, a pour sa part une trajectoire un peu plus dans l’ombre. Malgré tout, elle chante depuis l’âge de quinze ans et a réussi à gravir quelques échelons aux auditions du concours « Canadian Idol » en 2003.

Ce sont des chanteuses aguerries. Elles nous le prouvent dès les premières chansons. La formation nous rappelle la glorieuse époque du « Motown ». Elles nous font le plaisir d’en interpréter quelques titres tels que (You Make Me Feel Like) A Natural Woman d’Aretha Franklin. Effectivement, à cette époque, les groupes formés d’une chanteuse secondée de choristes comme « The Supremes » était chose courante. L’exception avec le SMNB, c’est qu’il y a plus d’une Diana Ross car les filles s’échangent le « micro principal » au fil du spectacle. De cette façon, elles exploitent efficacement les forces de chacune afin de bien livrer chaque pièce.

Le Steamy Nights Band puise dans le répertoire « femme » d’hier à aujourd’hui. Des chansons fait par ou pour les filles. Malgré le plaisir évident qu’avait le groupe à interpréter ces pièces, le public est quant à lui demeuré plutôt stoïque et contemplatif. Si des pièces ont fait l’unanimité comme le pot-pourri de Madonna, certaines auraient avantage à être mieux introduites ou délaissées au profit de chansons plus consensuelles. Quoi qu’il en soit, la qualité de l’interprétation fait en sorte que le Steamy Nights band est à voir. Surveillez sa présence sur une scène près de chez vous.

image