4 juin 2019
Chanteur et multi-instrumentiste
Charles Robert lance son album Les corps invincibles
Par: Katy Desrosiers
Le lancement de l’album s’est déroulé devant 180 personnes à Montréal le 6 mai dernier. 
Photo Jean-Philippe Sansfaçon

Le lancement de l’album s’est déroulé devant 180 personnes à Montréal le 6 mai dernier. Photo Jean-Philippe Sansfaçon

La pochette de l’album Les corps invincibles de Charles Robert a été réalisé par Jean-Philippe Sansfaçon pour la photographie, Caroline Tosti pour le travail artistique et l’agence Marin Blanc pour le graphisme.
Photo Jean-Philippe Sansfaçon

La pochette de l’album Les corps invincibles de Charles Robert a été réalisé par Jean-Philippe Sansfaçon pour la photographie, Caroline Tosti pour le travail artistique et l’agence Marin Blanc pour le graphisme. Photo Jean-Philippe Sansfaçon

Le chanteur et multi-instrumentiste sorelois Charles Robert a lancé son premier album long Les corps invincibles au cours des dernières semaines. Ses nombreux voyages réalisés lors des tournées entre autres avec Véronic Dicaire l’ont inspiré dans la création des trames musicales.

L’artiste est fier de dire qu’il a, à 90 %, réalisé l’album à saveur électro chez lui, avec ses instruments et ses appareils. « Je voulais me prouver que je pouvais le faire. J’ai investi pour avoir mon home studio. Chacune des secondes de l’album est ultra réfléchie. J’avais le luxe et le temps de le faire comme j’étais chez moi », explique Charles Robert.

Il a reçu l’aide d’amis et de sa conjointe pour un regard extérieur sur ses créations et a pu compter sur les conseils de gens travaillant avec lui sur la tournée de Véronic Dicaire.

Les corps invincibles

Pour le titre d’une chanson et de l’album, le multi-instrumentiste s’est inspiré de ses amis et amies danseurs et comédiens. « Ces gens-là, ils habitent leur corps, ils sont libres face à leurs mouvements. J’ai de la misère à gérer ce que les autres pensent de moi. Eux, ils s’en détachent. La chanson Valser parle de ça spécifiquement », souligne-t-il.

Il décrit son album comme lumineux, malgré qu’il y aborde des thématiques comme la mort et le suicide. « Ce n’est pas dark. Il y a beaucoup d’espoir et d’amour. Une critique de ICI Musique décrivait ça comme de l’élégance mélancolique. Plusieurs pistes brassent et donnent le goût de danser et de taper du pied. Je voulais que ce soit quelque chose d’entraînant et l’électro se porte bien à ça », précise le Sorelois d’origine.

Après avoir créé les chansons, l’artiste se penche sur la courbe d’émotions qu’il veut donner à l’album. « J’ai toujours été un gars d’album, dit-il. La courbe émotionnelle et l’ordre des chansons, c’est vraiment important. Je crée les chansons et je vois ensuite si ça fit ».

Une version adaptée pour la radio de Valser a été faite et tourne dans plusieurs stations régionales. Cette version avait été écoutée 108 000 fois en date du 28 mai sur la plateforme d’écoute en ligne Spotify.

2019 et 2020 s’annoncent chargées

L’album Les corps invincibles a été lancé le 6 mai dernier devant 180 personnes à la salle de spectacles Le Ministère à Montréal. Charles Robert était accompagné sur scène d’amis musiciens et de l’artiste Francesca Como. Le chanteur a également eu de l’aide pour sa mise en scène. « J’ai envie de bouger plus sur scène. J’ai envie de m’extérioriser et d’apprendre à dealer avec mon corps. Une amie m’a aidé afin d’incorporer les mouvements avec la musique », avoue-t-il.

Même si son automne et son hiver seront occupés avec la tournée de Véronic Dicaire au Québec, au Nouveau-Brunswick et en France, il souhaite prioriser son projet et présenter des spectacles dès qu’il en aura l’occasion. Il sera en prestation au Gib Fest le 6 juillet et y présentera ses chansons en formule trio.

Son album est disponible dans la région chez Dentelle et Denim, au 90 rue du Roi. Il est également disponible en version numérique sur plusieurs plateformes de téléchargement de musique. Les détails concernant ses prochaines dates de spectacles se retrouveront sur son site Internet.

image