15 mars 2016
Chanter malgré un trouble du langage
Par: Sarah-Eve Charland
Jade Archambault a mérité le prix coup de cœur du jury. | Gracieuseté - Philippe Manning

Jade Archambault a mérité le prix coup de cœur du jury. | Gracieuseté - Philippe Manning

À force d’acharnement, de persévérance et de détermination, Jade Archambault a su surmonter sa dysphasie, un trouble de langage grave, pour réaliser le très grand défi de chanter devant une foule lors de la finale locale de Cégeps en spectacle, le 12 février. Elle a même reçu le prix coup de cœur du jury!

Publicité
Activer le son

Atteindre un niveau d’études supérieures et donner une prestation de chant devant un public sont définitivement des exploits pour une personne dysphasique, assure la coordonnatrice des services de Dysphasie Québec, Jessica Sylvain.

Les personnes dysphasiques peuvent avoir, entre autres, des difficultés motrices, de l’anxiété, de la difficulté d’adaptation et des difficultés de mémoire, mentionne-t-elle. « Ce sont des personnes persévérantes, mais ça va leur prendre plus de temps pour réussir. »

Un trouble du langage

À l’âge de 3 ans, Jade reçoit un diagnostic de dysphasie sévère. Il s’agit d’un trouble du langage qui lui a aussi causé un retard dans sa motricité fine.

« Dans ma tête, les phrases étaient bien ordonnées. Quand elles sortaient de ma bouche, c’était désordonné. J’ai beaucoup travaillé durant des années pour diminuer ce problème », affirme la jeune femme.

La dysphasie est un trouble neurologique qui touche les sphères du cerveau de l’expression orale ou de la compréhension orale. Les personnes atteintes ne peuvent en guérir. Près de 7% de la population au Québec serait dysphasique selon les données de Dysphasie Québec.

« Avec du travail, on réussit à ce que les difficultés ne soient pas aussi marquées. Par contre, la personne atteinte devra composer avec ces difficultés toute sa vie », explique Mme Sylvain.

Malgré les difficultés de Jade, elle a décidé de se relever les manches afin d’atteindre un niveau d’études supérieures. « J’avais deux choix : abandonner ou utiliser ma détermination. Aujourd’hui, ça a porté fruit. »

Une motivation

Les arts de la scène sont l’une de ses principales motivations. Elle dit adorer ressentir l’adrénaline que lui procure une prestation sur une scène. Des années de travail plus tard, Jade a réussi à chanter et à jouer de la guitare.

C’est pour cette raison qu’elle s’est lancée pour une troisième année dans l’aventure Cégeps en spectacle.

Son interprétation de Tenir debout de Fred Pellerin lui a valu le prix coup de cœur du jury. « Quand je suis montée sur scène, je l’ai fait pour le plaisir. J’ai eu un bon moment. Je me disais mission accomplie! J’étais surprise de remporter le prix », raconte-t-elle.

Même si elle ne participera pas à la finale régionale de Cégeps en spectacle, elle ne compte pas abandonner. Elle continue de suivre des cours de chant et de donner des prestations dans la région.

image