30 juin 2020
Les échos municipaux du mois de juin
Champag : Saint-Roch-de-Richelieu demande l’aide de la FQM
Par: Sébastien Lacroix

Le groupe de citoyens vend des pancartes au coût de 15 $. Photo Katy Desrosiers | Les 2 Rives ©

En vue de porter en Cour Suprême la cause visant à interdire l’implantation de l’usine de compost de Champag à partir de fumier de poule et de cheval, le conseil municipal de Saint-Roch-de-Richelieu a placé une demande au Fonds de défense de la Fédération québécoise des Municipalités (FQM) pour l’aider à défrayer les frais juridiques qui pourraient s’élever à plus de 200 000 $.

Publicité
Activer le son

Comme la cause pourrait faire jurisprudence pour déterminer quel type d’usage peut être autorisé en zone agricole, alors que la Municipalité juge que ces activités devraient être considérées comme étant de nature industrielle, la demande devrait répondre aux critères de la FQM.

Pour être acceptée par le comité, la demande doit être d’intérêt général et le litige doit impliquer la détermination d’un principe. Celui-ci ne doit pas être de nature purement locale et il ne doit pas exister de jurisprudence pertinente.

Par ailleurs, déjà plus de 1660 signataires ont apposé leur nom sur la pétition mise en ligne par le groupe de citoyens s’opposant à l’implantation de l’usine Champag à Saint-Roch-de-Richelieu. Des copies papier seront disponibles à la Pharmacie Familiprix et au Dépanneur Chez-Marie-Ann, à Saint-Roch-de-Richelieu, ainsi que chez Daniel Suspension et Moto-Pièces, à Sorel-Tracy. Les commerçants qui veulent se procurer des copies peuvent contacter le groupe au stop.usine.champag@gmail.com.

Les citoyens vendent également des pancartes STOP USINE CHAMPAG au coût de 15 $. Pour s’en procurer, il faut visiter le site web ou écrire au pancartes.stoppons.champag@gmail.com.

Le comité a également mis en ligne le site web www.stopponsusinechampag.info afin de donner davantage d’informations sur le dossier sur lequel la Municipalité avait obtenu gain de cause avant que la décision soit renversée en Cour d’appel.

Yamaska accepte de céder le terrain pour l’agrandissement de l’école

À la suite des échanges avec la Commission scolaire de Sorel-Tracy, le conseil municipal de Yamaska a accepté de céder le terrain nécessaire à l’agrandissement du pavillon Notre-Dame de l’École intégrée d’Yamaska. Le tout est conditionnel à ce que la Municipalité, qui devait payer 748 705 $ sur le projet de 8,5 M$, ne paie seulement que 623 705 $. Le conseil demande aussi que les frais inhérents à la transaction soient assumés par la Commission scolaire.

Les 125 000 $ de différence représentent le coût d’acquisition du lot situé au 4, sur le Chemin Privé, qu’avait dû défrayer la Municipalité, en 2011, en prévision du projet. Un terrain qu’elle a ensuite entretenu et sur lequel elle a été privée de revenus de taxes au cours des dernières années.

L’appel d’offres devrait être fait après les vacances de la construction. Lors de la dernière séance, la mairesse Diane De Tonnancourt a fait savoir qu’il se pourrait que la livraison du bâtiment, prévue pour l’automne 2021, soit quelque peu dépassée en raison des retards causés par la pandémie de la COVID-19.

Sainte-Anne-de-Sorel : début du chantier du nouveau centre d’ici la fin de l’été

Les démarches vont bon train pour la construction du nouveau bâtiment de services municipaux sur le site de l’ancien Théâtre du Chenal-du-Moine, à Sainte-Anne-de-Sorel.

Après avoir fait mener des recherches archéologiques par la firme Artefactuel, il y a quelques semaines, la Municipalité a obtenu confirmation qu’aucune trouvaille n’a été faite sur le site pour mettre en péril le projet. Le feu vert a donc été donné par le ministère de la Culture et des Communications.

Un appel d’offres a été lancé pour se doter d’un bâtiment de 1126 mètres carrés sur un étage. L’ouverture des soumissions est fixée au 16 juillet prochain. Le début du chantier pourrait se faire d’ici la fin du mois d’août pour une livraison d’ici le mois de juin 2021.

image