12 avril 2020
« C’est le bordel, ça m’inquiète pas mal » – un résident du Marquis 2
Par: Jean-Philippe Morin

Le comité des résidents du Marquis de Tracy 2 se montre inquiet de la situation qui règne à la résidence pour aînés. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

La situation bordélique du CHSLD Herron à Dorval, où 31 aînés sont décédés depuis le 12 mars, inquiète les résidents du Marquis de Tracy, qui est aussi la propriété du Groupe Katasa. Le représentant du comité de résidents du Marquis 2, Jean-Yves Turbide, dénonce le « climat de peur » qui y règne depuis environ un an.

Publicité
Activer le son

« On a eu des rencontres avec Samantha [Chowieri, une des propriétaires] de Katasa qui nous a dit qu’elle allait nous aider, elle nous a écoutés… On leur envoie des courriels, mais on n’a pas de réponse. C’est vraiment le bordel, ça m’inquiète pas mal », lance-t-il.

Le Marquis de Tracy a publié, sur sa page Facebook, que les résidences Marquis 1 et 2 ont été visitées hier (le 11 avril) et que « tout est parfait », selon la publication. « Ils nous apporteront l’aide nécessaire dont des agents de sécurité à partir d’aujourd’hui [le 12 avril] », est-il aussi possible de lire.

Selon M. Turbide, la demande d’avoir un agent de sécurité à la porte a été faite il y a une semaine par les résidents. « Il n’est pas arrivé encore et on est dimanche après-midi. Va-t-il arriver lundi? Mardi? J’avais demandé ça la semaine dernière et on m’a répondu ceci mot pour mot : Monsieur, on n’en a pas besoin ici », dénonce l’homme de 77 ans.

De multiples plaintes

Jean-Yves Turbide agit comme secrétaire pour le comité de résidents qui compte 16 membres représentant les 131 aînés logeant au Marquis 2. Pour l’instant, il n’est pas en mesure de dire s’il manque d’employés puisque lui et sa femme sont confinés dans leur chambre. Mais le manque de main-d’œuvre s’est déjà fait sentir par le passé, selon lui.

M. Turbide souligne qu’au moins 75 plaintes ont été faites au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Centre depuis environ un an.

« Ils nous promettent des choses qu’on n’a pas. Par exemple, on n’a pas de docteur, ils n’ont pas encore réparé le toit. On a fait des plaintes sur le manque de préposés, sur toutes sortes de choses. On n’a pas eu d’air climatisé de tout l’été dans les aires communes. L’ascenseur ne fonctionnait pas quand il faisait trop chaud cet été et il y a cinq étages avec plein de personnes âgées. Chaque fois qu’on expose les problèmes à la direction, c’est nous dans le tort. Il y a un climat de peur. Les résidents, surtout les plus vieux, ne veulent pas confronter la direction », allègue-t-il.

Sa femme, qui est dans la résidence depuis environ quatre ans, a vécu le changement de propriétaires, puisque Chartwell a vendu à Katasa il y a un peu plus de deux ans. Selon elle et plusieurs autres résidents à qui elle a parlé, c’était « le jour et la nuit », dit-elle.

Robert Nadon, un ancien résident dont le bail a été résilié vers la fin du mois de février après huit mois d’occupation, dénonce aussi le climat de peur qui règne au Marquis 2 de Tracy. « On faisait des plaintes, mais la personne du CISSS rencontrait la direction, puis rien ne changeait », fustige-t-il.

« Pour ma part, j’étais bénévole aux loisirs. On me mettait constamment des bâtons dans les roues, je n’avais pas de budget pour organiser des activités. Après huit mois, ils étaient tellement tannés que j’entre dans leur bureau qu’ils m’ont offert de résilier mon bail. J’en ai profité pour partir et me louer un 3 et demi », raconte-t-il.

La directrice générale des Marquis de Tracy, Nathalie Fillion, a réagi aux allégations du comité de résidents. C’est à lire ici.

À lire aussi:
Propriété de Katasa, le Marquis de Tracy se montre rassurant

image