10 décembre 2019
Centre-ville : coordination nécessaire
Par: Louise Grégoire-Racicot

Forte d'une expérience de plus de 40 ans dans les médias, dont 37 au journal Les 2 Rives, Louise Grégoire-Racicot écrit une chronique hebdomadaire à propos de sujets régionaux.

C’est discrètement que le maire Serge Péloquin et le président du Gib Fest, Jean-Pierre Groulx, ont annoncé dans un communiqué conjoint, le report des festivités « Gib de Noël » au début de février 2020. Plutôt que trois fins de semaine de décembre.

Publicité
Activer le son

Diplomates, les deux hommes n’en ont pas dit plus long, ni sur les raisons qui ont mené à cette décision, ni sur la façon dont ce dossier s’est déroulé. De quoi réfléchir pour éviter que cela ne se reproduise plus.

Oui, l’équipe du Gib Fest semble bien déterminée à insuffler un dynamisme nouveau au centre-ville. Pour qu’il devienne attractif. On s’en réjouit d’autant que le succès remporté avec le festival l’été dernier est garant de leur sérieux.

Mais comme tout promoteur qui désire occuper les rues d’un secteur, elle aurait dû informer et recevoir l’accord des élus – qui autorisent la fermeture des rues – avant d’entreprendre l’organisation systématique d’activités et la location d’équipements nécessaires à leur tenue. Pour éviter ainsi travail, frais et déceptions.

L’idée de ce Gib de Noël est intéressante. D’ailleurs le conseil a avalisé le même projet le 2 décembre, et ce, même si on l’avait qualifié d’incomplet deux semaines plus tôt. Visiblement, cette idée a été mal vendue à la Ville.

Mais peut-être la Ville a-t-elle une volonté démesurée sur la tenue d’activités exclusivement au carré Royal parce qu’elle l’illumine joliment au temps des Fêtes. Comme elle peut aussi avoir une fixation sur le site du quai Catherine-Legardeur à d’autres moments.

Chose certaine, peut-être les projets s’affrontent-ils plutôt que de s’harmoniser parce qu’on n’a inscrit nulle part ce que doit devenir ce centre-ville que l’on veut pourtant revitaliser. Oui, il s’embellit, mais beaucoup reste à faire. Et on ne sent pas de vision précise à ce propos.

Le commerce, les services, l’habitation, l’espace loisir et ses activités, l’accès aux rives, voilà autant de voies possibles. Mais on ne sent pas d’orientation. Les choses semblent plutôt reposer sur des opportunités.

Trop de gens mènent des projets – beaux, mais en parallèle – au centre-ville : le Gib Fest (Festival de la gibelotte), Azimut diffusion (spectacles), La Corporation des événements de Sorel-Tracy (Fêtes de la St-Jean et du réveillon du jour de l’an), Statera, etc.

Des commerçants et tenanciers s’adaptent aux initiatives de chacun. Quant aux élus, ils approuvent ou rejettent les projets à leur gré, sans qu’on sache vraiment pourquoi ils le font.

Ainsi le centre-ville continue de souffrir de l’incapacité des gens à développer des projets ensemble ou à harmoniser leurs interventions.

Et il souffrira tant que les intervenants ne conjugueront pas leurs vision et efforts pour revitaliser ce secteur.

Car il faudra plusieurs activités pour tous les goûts, de qualité, inédites et non répétitives, pour y arriver.

Ainsi la Ville doit-elle ajuster son plan particulier d’urbanisme du centre-ville. Les élus ne doivent plus favoriser, comme on l’a vu récemment, un projet au détriment de d’autres : Statera ou le Centre des arts contemporains, par exemple, au Festival de la gibelotte ou au Bières, vins et saveurs. Qu’ils rallient et encouragent plutôt les bénévoles!

Car les centres-villes qui réussissent sont ceux où toutes les stratégies sont coordonnées entre elles vers un même objectif. Même si le moteur historique du centre-ville sorelois a été le commerce – un ingrédient de sa vitalité – on doit lui ajouter ceux de la culture, du tourisme, de l’histoire, du sport, du patrimoine et de la vie collective.

Déjà, la Ville a inscrit dans son plan stratégique de développement 2018-2022 sa volonté de redynamiser le centre-ville. Lui reste à incarner résolument les valeurs qu’elle affirme privilégier dans ce plan : éthique, leadership, esprit d’équipe et respect.

image