29 septembre 2021
Les échos du conseil municipal du 20 septembre à Sorel-Tracy
« [Ce sont] les utilisateurs que vous emmerdez » – le maire Serge Péloquin, en s’adressant à la STQ
Par: Alexandre Brouillard

Les élus veulent que les guichets et l’aire d’attente à la gare fluviale de Sorel-Tracy soient mieux utilisés pour éviter les congestions. Photothèque | Les 2 Rives ©

Alors que les embouteillages se multiplient au centre-ville de Sorel-Tracy en raison des grandes affluences à la gare fluviale, le conseil municipal demande à la Société des traversiers du Québec (STQ) d’utiliser plus efficacement les guichets et l’aire d’attente pour éviter ces situations.

Publicité
Activer le son

Depuis le réaménagement de la gare fluviale soreloise de la STQ, deux guichets d’accès sont disponibles pour les utilisateurs et une aire d’attente a également été construite afin de permettre à un grand volume de véhicules de se stationner temporairement pour faciliter la transition des véhicules vers le traversier.

Selon le maire de la Ville de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, ces installations avaient expressément été installées pour retirer les véhicules en attente des rues du centre-ville et par le fait même éviter les embouteillages.

Toutefois, il appert qu’en moment de grande affluence, il est fréquent qu’un seul guichet soit en service et que l’aire d’attente n’est pas optimalement utilisée.

M. Péloquin a donc interpellé la STQ, lors de la dernière séance du conseil, en soulignant comprendre que des moyens de pression sont faits par des employés dans le cadre du renouvellement de leur convention collective.

« Seulement un guichet est souvent ouvert. Tout ce qu’on demande : soyez indulgent dans la mesure du possible pour que le service puisse bien couler parce que [ce sont] les utilisateurs que vous emmerdez. […] On veut que l’aire d’attente soit maximisée et qu’elle ne soit pas vide pour éviter que l’attente des véhicules se fasse dans nos rues, comme Augusta, Élizabeth, Fiset et Phipps », mentionne le maire.

Les élus ont donc demandé à la STQ de voir à ce que les deux guichets soient accessibles et ouverts les week-ends ainsi que lors des moments de grande affluence et que l’aire d’attente pour les véhicules soit optimalement utilisée en tout temps.

Relance du processus d’appel d’offres pour le complexe aquatique

Le 15 juin dernier, la Ville avait lancé un appel d’offres pour l’élaboration d’un programme fonctionnel et technique (PFT) et d’un devis de performance pour la réalisation du complexe aquatique sur le terrain adjacent du Club de curling Aurèle-Racine.

Bien que la Ville avait l’intention d’octroyer le contrat au début du mois de septembre, le conseil a plutôt annulé le processus pour le relancer de nouveau.

« Il n’y a eu qu’un seul soumissionnaire au premier appel d’offres. Dans ce contexte, dans le but de favoriser la concurrence, la Ville a choisi de relancer son appel d’offres afin d’attirer un plus grand nombre de soumissionnaires », explique Dominic Brassard, directeur des communications de la Ville de Sorel-Tracy.

Alors que la Ville envisage de relancer son appel d’offres en octobre, M. Brassard assure que cette situation aura un impact mineur sur l’échéancier prévu.

Rappelons que le complexe aquatique devra voir le jour en 2024 et qu’il sera subventionné en majeure partie, soit 20 des 31 M$, par les gouvernements fédéral et provincial.

Le gazon : 15 cm et moins

Lors des derniers mois, plusieurs citoyens de la Ville de Sorel-Tracy se sont plaints de la longueur du gazon chez certains commerces de la région, dont l’ancien épicier Métro situé au 125, rue Guévremont, qui appartient maintenant à l’entreprise Long & McQuade.

Les élus ont donc adopté à l’unanimité le changement de règlement concernant la sécurité, la paix, l’ordre et les nuisances afin d’établir que constitue une nuisance le fait de laisser pousser des herbes à une hauteur de plus de 15 cm sur un terrain construit de 2000 m² et plus.

« En lançant l’avis de motion, ça va donner la possibilité d’intervenir sur l’aspect légal dans ces superficies de terrain », spécifie Serge Péloquin.

image