4 juillet 2017
« Ce qu’est Cannes pour le cinéma, Sorel-Tracy le deviendra pour les arts visuels » – Dominique Rolland
Par: Sarah-Eve Charland
Le projet se nommera Les Chantiers en l’honneur des anciennes activités maritimes à cet endroit.

Le projet se nommera Les Chantiers en l’honneur des anciennes activités maritimes à cet endroit.

Le projet se nommera Les Chantiers en l’honneur des anciennes activités maritimes à cet endroit.

Le projet se nommera Les Chantiers en l’honneur des anciennes activités maritimes à cet endroit.

Le projet se nommera Les Chantiers en l’honneur des anciennes activités maritimes à cet endroit.

Le projet se nommera Les Chantiers en l’honneur des anciennes activités maritimes à cet endroit.

Le directeur administratif du Centre des arts contemporains du Québec, Abdenout Tayebi et son président-directeur général, Dominique Rolland, en compagnie du maire Serge Péloquin. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Le directeur administratif du Centre des arts contemporains du Québec, Abdenout Tayebi et son président-directeur général, Dominique Rolland, en compagnie du maire Serge Péloquin. | TC Média - Sarah-Eve Charland

Le Centre des arts contemporains du Québec et la Ville de Sorel-Tracy veulent que la municipalité devienne la référence en arts visuels au Québec et même au Canada. Ils ont dévoilé en primeur au journal les plans de ce projet estimé entre 7 et 10 M$.

C’est pour cette raison qu’ils comptent construire un centre de création d’arts multidisciplinaires à la place des anciens bâtiments du consulat américain sur la rue Reine.

Près d’un an après l’incendie qui a ravagé l’un des deux bâtiments de la Sincennes-McNaughton, le Centre des arts contemporains a dévoilé les maquettes qui correspondent à une première proposition visuelle. Le projet peut être appelé à changer.

L’objectif est de créer un lieu de rencontre pour les artistes, mais également avec le public.

« On veut démocratiser les arts. On veut que ça devienne aussi accessible que d’aller manger une crème glacée », espère le président-directeur général du Centre des arts contemporains, Dominique Rolland.

En tout quatre bâtiments seront rénovés ou reconstruits. Le centre de création offrira, entre autres, un atelier pour y travailler des œuvres surdimensionnées, ce qu’on ne retrouve nulle part ailleurs dans la province, mentionne le directeur administratif, Abdenout Tayebi.

« Il y a un manque actuellement. On ne vise pas seulement les artistes de Sorel-Tracy, mais de partout au Québec », ajoute M. Tayebi.

Un apport économique

Pour le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, ce projet est une occasion en or. « On a beaucoup d’artistes dans la région et en Montérégie. En plus, on a les entreprises et l’expertise pour la création des pièces pour les œuvres », souligne M. Péloquin.

Entre 350 et 400 œuvres sont créées par année dans les locaux du Centre des arts contemporains du Québec à Montréal où l’organisme a été fondé il y a près de 35 ans.

« On va éventuellement fermer nos activités à Montréal pour se concentrer à Sorel-Tracy. Imaginez les retombées pour la région », ajoute M. Rolland.

Dans la dernière année, l’organisme a déménagé son siège social à Sorel-Tracy et y a créé quatre emplois en plus des sept personnes déjà en poste. Au terme du projet, l’organisme espère créer une trentaine d’emplois.

Il estime que ce complexe représentera un investissement entre 7 M$ et 10 M$. M. Rolland demeure confiant d’obtenir des subventions publiques ainsi que du financement privé.

La contribution de la Ville de Sorel-Tracy s’élèvera à 700 000$. Ce sont les sous qu’elle a reçus des assurances à la suite de l’incendie de la Sincennes-McNaughton.

À l’heure actuelle, ni la Ville ni le Centre des arts contemporains du Québec ne sont en mesure d’établir un échéancier. La Ville commencera par rénover et reconstruire les deux bâtiments de l’ancien consulat grâce à l’argent des assurances.

On y retrouvera…

– Un atelier de perfectionnement

– Des studios pour héberger des artistes

– Des salles d’exposition

– Un service administratif

– Un atelier d’art public

– Un aménagement muséal extérieur

image