16 juin 2017
« Ce n’est pas l’appel auquel je m’attendais » – François Beauchemin
Par: Deux Rives
François Beauchemin a tenu un point de presse au club de golf Les Dunes, le 16 juin, deux jours après que l'Avalanche du Colorado ait racheté son contrat. | Photo: TC Média - Jonathan Tremblay

François Beauchemin a tenu un point de presse au club de golf Les Dunes, le 16 juin, deux jours après que l'Avalanche du Colorado ait racheté son contrat. | Photo: TC Média - Jonathan Tremblay

Le tournoi Beauchemin-Fleury-Beauvillier avait lieu ce vendredi 16 juin, au club de golf Les Dunes, malgré la pluie. | Photo: TC Média - Jonathan Tremblay

Le tournoi Beauchemin-Fleury-Beauvillier avait lieu ce vendredi 16 juin, au club de golf Les Dunes, malgré la pluie. | Photo: TC Média - Jonathan Tremblay

Le défenseur sorelois François Beauchemin était visiblement déçu et toujours surpris deux jours après que l’Avalanche du Colorado lui ait annoncé qu’elle rachetait son contrat.

« Hier, j’ai fermé le téléphone, ça ne me tentait pas trop de parler. Ç’a été une journée émotionnelle », a dit d’emblée François Beauchemin.

Le hockeyeur de 37 ans souhaitait retourner au Colorado afin de disputer la dernière année à écouler à son entente de trois ans et ainsi y terminer sa carrière.

« J’étais surpris, j’étais déçu. Évidemment, ce n’est pas un appel auquel je m’attendais mercredi soir, admet le vétéran François Beauchemin. Il [le DG de l’Avalanche Joe Sakic] m’a expliqué la situation. Je comprends où est rendue l’équipe au Colorado. Ils veulent faire un virage jeunesse. Je n’ai pas eu 27 ans la semaine passée, j’ai eu 37. Je ne faisais plus partie de ces plans-là. »

Le Sorelois deviendra agent libre en date du premier juillet. Le gagnant de la Coupe Stanley en 2007 ne sait pas combien d’années il lui reste dans la Ligue nationale de hockey.

« J’étais prêt pour une autre, je suis encore prêt, a assuré François Beauchemin. Est-ce qu’il y en aura une autre? Peut-être que oui, peut-être que non. »

Si le Canadien me fait signe, je vais écouter. Je n’ai pas eu le temps de penser à ça. J’ai juste eu le temps de digérer la situation », a-t-il dit avec le sourire.

N’ayant pas pris de décision finale sur son avenir, l’athlète a déjà entamé son entraînement estival comme si rien ne s’était produit.

« D’habitude, je prends trois ou quatre semaines [de repos], mais de la façon que la saison s’est terminée, je n’étais pas prêt à arrêter, alors je n’ai pris qu’une semaine, a-t-il avoué. Je n’étais pas satisfait. J’en ai profité pour faire du vélo de montagne en altitude au Colorado, ça m’aide beaucoup. »

« Est-ce que j’ai la motivation de rejouer une autre saison? C’est ce qu’on va déterminer dans les prochaines semaines. Est-ce que j’ai joué ma dernière game? Je ne sais pas. On va voir ce que l’avenir nous réserve. »

Sur la situation de son ami Marc-André Fleury

Appelé à commenter la situation de Marc-André Fleury, qui a levé sa clause de non-mouvement pour permettre aux Penguins de Pittsburgh de protéger Matt Murray, il a levé son chapeau à son ami.

« Ç’a dû être difficile émotionnellement [pour Marc-André], mais s’il y a un gars qui pouvait le faire comme cela, c’est lui, a souligné François Beauchemin. Il avait toujours le sourire au visage. […] J’ai adoré l’entrevue de Matt Murray à la fin des séries qui le remerciait de son aide et de son appui. […] Honnêtement, je ne connais pas beaucoup d’athlètes qui auraient pu faire la même chose que lui. Chapeau! »

À lire aussi: Anthony Beauvillier choyé de s’associer à ses idoles

image