14 mai 2021
Projet unique à Saint-Ours
Campagne de financement lancée pour implanter la Maison la Grande Ourse Montérégie
Par: Alexandre Brouillard

Les trois fondatrices du projet dans l’ordre : Charlie Beaulieu-Laroche, Céline Dufour et Camille Cossette. Photo gracieuseté

La Maison la Grande Ourse Montérégie lance une campagne de financement pour amasser des fonds afin de permettre l’ouverture, d’ici la fin de l’année, à Saint-Ours, de la première maison de thérapie pour survivantes d’agressions et de violences à caractère sexuel au Québec.

Publicité
Activer le son

« Depuis le #MoiAussi, le #Metoo ou même le #Balancetonporc, les gens sont de plus en plus conscientisés à la problématique des agressions à caractère sexuel. Des actions concrètes doivent être prises, et nous sommes là pour aider et accompagner les survivantes. On souhaite que la Maison devienne un projet essentiel pour toutes ces femmes qui en ont besoin », mentionne Camille Cossette, cofondatrice et administratrice de la Maison la Grande Ourse Montérégie.

L’organisme aura pour mission d’améliorer la santé mentale, la qualité de vie et le bien-être des survivantes d’agressions et de violences sexuelles, alors que les violences faites aux femmes sont plus que jamais exposées en raison de 10 féminicides en 10 semaines au Québec.

Objectif de 60 000 $ en six semaines

L’objectif de la campagne de financement est de récolter 60 000 $ d’ici le 1er juillet. De cette façon, les fondatrices souhaitent offrir aux femmes un environnement favorisant le ressourcement et la guérison, tout en leur permettant de briser leur isolement social.

La Maison pourra accueillir de 10 à 18 femmes à la fois, qui pourront y suivre un programme complet et adapté de deux semaines, tout en étant encadrées par une équipe multidisciplinaire dévouée. Des services variés y seront offerts, tels que des ateliers sur la sexualité positive, des rencontres de groupe et des plans d’intervention personnalisés afin d’aider les survivantes à développer leur autonomie et d’atteindre leur plein potentiel.

« Les femmes qui ont été victimes d’agressions à caractère sexuel ont besoin d’en parler. Être capable de discuter avec quelqu’un qui n’a pas nécessairement vécu les mêmes choses, mais qui a un parcours similaire, dans un environnement sécuritaire et sans jugement, ça fait toute la différence dans le processus de guérison », affirme Céline Dufour, présidente et cofondatrice de la Maison la Grande Ourse Montérégie.

Les dons reçus serviront à couvrir une partie de la mise de fonds pour la Maison et à acheter tout le nécessaire pour son ouverture, dont les meubles, la literie, le matériel informatique, la vaisselle et plus encore.

Les personnes qui souhaitent supporter le projet ont jusqu’au 1er juillet pour faire un don ou pour créer leur propre sous-campagne de collecte de fonds via Simplyk en cliquant ici

image