24 novembre 2020
Battu par Steve Claggett au tournoi du Carré d’As à Rimouski
Blessé, Théroux a joué le tout pour le tout
Par: Jean-Philippe Morin

David Théroux a tout de même lancé plusieurs attaques intéressantes en début de combat. Photo Vincent Éthier / EOTTM

Steve Claggett a ouvert la machine au sixième round, laissant David Théroux sans réponse. Photo Vincent Éthier / EOTTM

Sachant qu’il n’avait rien à perdre et tout à gagner, d’autant plus qu’il s’était blessé en camp d’entraînement, David Théroux (16-4-0, 11 KO) s’est immédiatement lancé sur son adversaire Steve Claggett (29-6-2, 19 KO) dès le début du combat pour tenter de l’achever. La stratégie s’est toutefois retournée contre lui.

Publicité
Activer le son

Lors du gala Le Carré d’As, le 21 novembre à Rimouski, l’Albertain a flairé que le Sorelois n’avait plus d’énergie et il s’est rué sur lui, si bien qu’il a remporté la victoire par KO technique. Le coin de Théroux a procédé à l’arrêt du combat entre le sixième et le septième round, ce qui procure à Claggett trois points dans ce tournoi organisé par Eye of the Tiger Management regroupant quatre boxeurs chez les 140 lb.

Appelé à commenter sa performance, Théroux a affirmé avoir connu son pire camp d’entraînement en carrière, au point où il a failli ne jamais monter dans le ring samedi dernier.

« Le premier sparring que j’ai fait, c’était un mois avant le combat, à Montréal, au gymnase de Rénald Boisvert [son entraîneur]. Au deuxième round de ce combat, je me suis déchiré le biceps. J’ai été une semaine et demie sans boxer. Les médecins m’ont donné le OK pour le combat, mais c’était un genre de OK où je sentais que je ne devrais pas y aller. Sauf que si je n’y allais pas, ils m’auraient remplacé et je serais passé à côté du tournoi au complet. J’ai donc décidé de foncer », raconte le Sorelois.

Puis deux semaines plus tard, Théroux s’est blessé à un tendon de l’épaule gauche, ce qui a fait en sorte qu’il n’a pu effectuer de sparring avant le grand jour.

Une charge dès le début

Le combat avait pourtant bien débuté pour David Théroux. Les frappes soutenues du Sorelois en début de duel ont eu l’air de surprendre Claggett, qui se débrouillait tout de même bien en contre-attaque.

Un des juges avait même donné le premier round à Théroux tellement il était sorti fort. Les deuxième et troisième assauts étaient même à ce point serrés que les commentateurs hésitaient à donner le pointage de 10-9 à Claggett.

« Je peux faire mieux. J’ai eu de la difficulté à me réchauffer au départ. Je n’ai pas d’excuses », a commenté l’Albertain au journaliste Mathieu Boulay, du Journal de Montréal, après sa sortie du ring.

Aux quatrième, cinquième et sixième rounds, le Sorelois n’a toutefois pas été capable de reprendre son rythme en raison d’une baisse d’énergie. Claggett l’a martelé de coups, même que Théroux a été sauvé par la cloche au sixième assaut. Son coin a alors décidé d’arrêter le combat et de ne pas le renvoyer pour le septième round.

Cette baisse d’énergie s’explique par la stratégie de Théroux, qui y est allé avec le tout pour le tout. « J’étais piqué à la cortisone, donc je ne sentais pas la douleur. À cause du camp d’entraînement que j’ai eu, à cause que j’ai été inactif longtemps (depuis avril 2019), à cause que je n’étais pas en super forme physique quand ils m’ont appelé pour faire le tournoi il y a quelques mois… Un mélange de tout ça a fait en sorte qu’on voulait essayer la grosse shot en partant. Ç’aurait pu marcher, parce que je lui ai fait mal au corps aux deuxième et quatrième rounds. Malheureusement, mon niveau d’énergie a descendu par la suite », analyse le pugiliste sorelois.

Concernant le Carré d’As, Yves Ulysse Jr, le prochain adversaire de Théroux, a battu Mathieu Germain par KO dans l’autre duel. Claggett et Ulysse se retrouvent donc avec trois points, alors que Germain et Théroux auront l’occasion de se reprendre lors du prochain gala prévu en 2021.

image