25 janvier 2016
«Bienvenue à FL» en première à Sorel-Tracy le 25 février
Par: Louise Grégoire-Racicot
Photos prises lors du tournage du film. | Photo TC Média - Gracieuseté NathB

Photos prises lors du tournage du film. | Photo TC Média - Gracieuseté NathB

Alors que le long métrage documentaire «Bienvenue à FL» de Geneviève Dulude-De Celles prenait l’affiche, pour une semaine, à Montréal et à Québec le 22 janvier, les Sorelois auront droit à une première représentation, au cinéma Saint-Laurent le jeudi 25 février, à 19h, a confirmé la cinéaste.

Les billets seront en prévente, en ligne, au début de février. Elle en appelle de fait à la solidarité des Sorelois qui, s’ils remplissent cette salle de 277 places ce soir-là, permettront que le film soit projeté toute la semaine de relâche.

Dans son premier long métrage documentaire, Geneviève Dulude-De Celles est retournée sur les bancs de son école secondaire de Sorel-Tracy. Elle y effectue la chronique de la dernière année d’une cohorte de 5e secondaire.

Le 25 février sera un soir de grande première, promet-elle. Son équipe y sera. La projection sera suivie d’échanges entre cinéphiles, les jeunes et la réalisatrice.

« J’ai tellement hâte de le voir projeté chez nous puis d’échanger après. Je sais aussi que plusieurs l’attendent avec impatience. Des jeunes qui apparaissent dans le film ne l’ont pas encore vu. Leur famille et le personnel de l’école non plus. »

Elle souhaitait que le film soit projeté dans les meilleures conditions possible. « On a tellement consacré de temps à convaincre les jeunes d’y participer, eux qui pensaient ne pas avoir de choses intéressantes à dire, à travailler les couleurs, à se préoccuper du son, à calibrer l’image, à peaufiner le montage qu’il fallait le projeter sur un grand écran, dans une salle de qualité! »

Et les gens qui ont vu le film trouvent la réalité de ces jeunes intéressante, dit-elle. « À côté de n’importe quel film, leur parole a de la valeur », leur a-t-elle signifié.

Mais déplore-t-elle, « les films documentaires sont souvent vus par les distributeurs de films comme une bibitte bizarre. Ils n’en présentent pas souvent. Mais j’ai confiance que les Sorelois viendront le voir en grand nombre et l’apprécieront. L’avenir du film est entre leurs mains. »

Confirmation

Guillaume Venne, un des copropriétaires du cinéma St-Laurent, le confirme: une façon pour lui de prendre le risque financier de présenter un film est de mettre les billets en prévente.

« S’il y a suffisamment de ventes (entre 50 et 100 billets), il est certain que le film restera à l’affiche. Si on n’en vend que 7 ou 8, il disparaîtra de l’écran. Je ne peux le laisser prendre la place d’un film qui rapporterait plus. »

Il se dit heureux de présenter ce film d’une réalisatrice soreloise. Si la demande le justifie, il sera fier de le projeter plus longtemps. « Chaque semaine, on garde à l’affiche cinq des sept films présentés. Ceux qui sont les plus fréquentés. J’espère que Bienvenue à FL aura du succès et que nous y aurons contribué. Mais les spectateurs en décideront. »

En nomination

Autre bonne nouvelle pour le film qui a déjà valu à Geneviève le titre de « Meilleur espoir Québec/Canada remis » l’automne dernier par Les rencontres internationales du documentaire de Montréal: il est deux fois en nomination au « Canadian Screen Awards », l’équivalent des Oscars aux États-Unis et des Jutra au Québec. Une fois pour les meilleures images documentaires de Léna Mill-Reuillard et Étienne Roussy et une autre pour le meilleur montage documentaire d’Emma Lane.

image