17 juin 2016
Beauchemin est content pour son ami Fleury
Par: Jean-Philippe Morin
François Beauchemin a été généreux lors de la 9e Classique de golf Beauchemin-Fleury, le 17 juin. On le voit ici avec la directrice de la Fondation du Cégep de Sorel-Tracy, Myriam Arpin. | Photo: TC Média – Jean-Philippe Morin

François Beauchemin a été généreux lors de la 9e Classique de golf Beauchemin-Fleury, le 17 juin. On le voit ici avec la directrice de la Fondation du Cégep de Sorel-Tracy, Myriam Arpin. | Photo: TC Média – Jean-Philippe Morin

François Beauchemin est heureux pour son bon ami Marc-André Fleury, récent champion de la Coupe Stanley. Il demeure convaincu que le cerbère sorelois redeviendra un gardien numéro un dès l’an prochain.

Beauchemin a fait cette déclaration aux journalistes présents en marge de la 9e édition de la Classique de golf Beauchemin-Fleury, au club Les Dunes de Sorel-Tracy, le 17 juin.

« J’espérais que les Penguins gagnent quand ils ont commencé les séries. Ils ont vraiment mérité tous leurs succès. Ils ont dominé tout au long de la finale. J’étais bien content pour Marc-André et les Penguins », a-t-il lancé d’entrée de jeu.

Questionné sur le rôle limité de son acolyte sorelois au cours des séries, le défenseur n’a pas tardé à encenser Fleury, qui ne pouvait être présent à son tournoi étant donné les festivités qui continuaient à Pittsburgh.

« C’était décevant de ne pas le voir jouer, mais à chaque année, de jeunes gardiens arrivent et essaient de déloger les plus vieux. Par contre, je ne fais pas un gros cas avec ça parce qu’on a vu beaucoup de gardiens bien jouer pendant 20 ou 25 matchs puis arriver la saison d’après en ayant beaucoup de difficultés. Chapeau à Murray de la façon dont il a joué, mais il ne faut pas oublier que Marc-André a très bien joué jusqu’[à sa blessure] au mois de mars », a-t-il déclaré.

Sera-t-il de retour comme numéro un l’an prochain? « Sans aucun doute, répond Beauchemin. Il ne s’assoira pas sur le bout du banc pendant 50 matchs; il est encore jeune à 31 ans et il n’est pas en fin de carrière. […] J’espère que ce sera à Pittsburgh. »

« L’an dernier, on lançait des hamburgers sur la glace à Ottawa et cette année, ils étaient lancés à Binghamton! », a-t-il ajouté, faisant référence au gardien des Sénateurs Andrew Hammond, qui a eu du succès pendant quelques matchs seulement en 2014-2015.

Une belle saison

De son côté, François Beauchemin a adoré sa première saison au Colorado, même si l’Avalanche a raté les séries de peu.

« On a une équipe encore très jeune qui apprend à toutes les années, en espérant qu’on retrouve le chemin de la victoire dès le début de la saison. On a quelques jeunes avec beaucoup de vitesse », analyse-t-il.

De son côté, Beauchemin a égalé son record personnel avec 34 points en 82 matchs. Il a aussi aimé jouer régulièrement plus de 25 minutes par match en compagnie d’Erik Johnson et des autres jeunes défenseurs de la brigade de l’Avalanche.

« Malgré quelques petits bobos, je n’ai pas eu de blessure majeure cette année. J’ai aimé jouer sur l’avantage numérique. C’est une facette de mon jeu qui s’est améliorée », souligne-t-il, ajoutant qu’il a aimé être dirigé par Patrick Roy. « On se parlait beaucoup à propos du désavantage numérique et du jeu en général. C’est un gars émotif qui veut gagner. Il fait tout pour avoir du succès avec l’équipe. »

Cet été, François Beauchemin prendra le temps de se reposer dans la région, tout en continuant à parfaire son entraînement. Son tournoi de golf devrait amasser encore une fois plus de 25 000$ pour la Fondation du Cégep de Sorel-Tracy.

image