7 août 2019
Un investissement de 33 M$
Arcelor Mittal inaugure un de ses nouveaux fours de réchauffe
Par: Katy Desrosiers
Yves Rolland, président du Syndicat des Métallos, section locale 6951, François Perras, président-directeur général d’ArcelorMittal Produits longs Canada et Mathieu Francoeur, directeur général des complexes de Contrecoeur-Ouest et Longueuil sur l’une des passerelles du four pendant qu’une billette d’acier est réchauffée dans l’équipement.
Photo gracieuseté

Yves Rolland, président du Syndicat des Métallos, section locale 6951, François Perras, président-directeur général d’ArcelorMittal Produits longs Canada et Mathieu Francoeur, directeur général des complexes de Contrecoeur-Ouest et Longueuil sur l’une des passerelles du four pendant qu’une billette d’acier est réchauffée dans l’équipement. Photo gracieuseté

Les travaux pour le nouveau four de l'usine de Contrecœur-Ouest ont duré près de 18 mois. 
Photo gracieuseté

Les travaux pour le nouveau four de l'usine de Contrecœur-Ouest ont duré près de 18 mois. Photo gracieuseté

ArcelorMittal Produits longs Canada a inauguré, en juillet, son nouveau four à l’usine de Contrecœur-Ouest. Ainsi, l’ancien four, construit en 1964, a été arrêté et sera démantelé sous peu. Le nouveau four permettra d’augmenter la capacité de production de l’usine.

Pendant la première semaine de juillet, les deux fours ont fonctionné en parallèle. « Il y a eu une période d’ajustement. Au début de la semaine du 21 juillet, l’ancien four a été officiellement mis hors fonction. C’était un équipement qui nous a rendu de fiers services, mais il avait besoin d’un remplacement », souligne le directeur des communications pour ArcelorMittal, Louis-Philippe Péloquin.

Un des défis selon lui a été de poursuivre les opérations pendant les travaux de construction qui ont duré près de 18 mois. Il ajoute que l’ingénierie et la conceptualisation du projet ont été faites par des équipes à l’interne, mais que la construction a été effectuée par des sous-traitants.

La même opération se déroulera à l’usine de Contrecœur-Est puisqu’il faut également remplacer le four de réchauffe au laminoir à fil machine, de cette usine, aussi construit en 1964. « Les billettes, avant de sortir de l’usine pour faire des produits finis, elles doivent être réchauffées. L’équipement (le four) prend la matière brute qui est la billette, la réchauffe pour lui permettre d’être étirée et laminée pour faire des produits semi-finis », explique M. Péloquin. La construction se poursuit actuellement et le nouvel équipement devrait être en fonction à la fin de 2019.

L’objectif de l’entreprise avec le renouvellement des équipements en fin de vie utile est d’assurer une plus grande productivité, une utilisation optimale de l’énergie et une réduction des gaz à effet de serre. Avec les deux nouveaux fours, l’émission de gaz à effet de serre sera réduite de 20 000 tonnes par an. La capacité de laminage sera aussi augmentée de 100 000 tonnes pour la même période.

Les anciens fours seront démantelés. M. Péloquin croit que, comme l’entreprise récupère de la ferraille, elle récupèrera une partie du matériel pour le retourner dans les opérations. Il assure que le tout sera disposé de manière sécuritaire.

On rappelle que la construction du four de l’usine de Contrecœur-Ouest est un investissement de 33 M$, alors que celle du four de l’usine de Contrecœur-Est de 30 M$.

image