23 avril 2019
Du Cameroun à Sorel-Tracy
Après plusieurs recherches, deux étudiants choisissent le Cégep de Sorel-Tracy
Par: Katy Desrosiers
Kelly Mietchop Ngoko et Aubin Fabeleu Djapi sont fiers d'étudier au Cégep de Sorel-Tracy. 
Photo Pascal Gagnon | Les 2 Rives ©

Kelly Mietchop Ngoko et Aubin Fabeleu Djapi sont fiers d'étudier au Cégep de Sorel-Tracy. Photo Pascal Gagnon | Les 2 Rives ©

Aubin Fabeleu Djapi est inscrit au programme Techniques de génie mécanique.
Photo Pascal Gagnon | Les 2 Rives ©

Aubin Fabeleu Djapi est inscrit au programme Techniques de génie mécanique. Photo Pascal Gagnon | Les 2 Rives ©

Kelly Mietchop Ngoko étudie en Techniques de soins infirmiers.
Photo Pascal Gagnon | Les 2 Rives ©

Kelly Mietchop Ngoko étudie en Techniques de soins infirmiers. Photo Pascal Gagnon | Les 2 Rives ©

Le Cégep de Sorel-Tracy accueille chaque année plusieurs étudiants étrangers. Deux d’entre eux, Kelly Mietchop Ngoko et Aubin Fabeleu Djapi, provenant du Cameroun, ont accepté de rencontrer le journal Les 2 Rives pour expliquer pourquoi ils ont choisi de s’établir à Sorel-Tracy pour leurs études en soins infirmiers et génie mécanique.

Ce qui a amené Kelly Mietchop Ngoko à Sorel-Tracy est le fait que la ville soit en retrait de la métropole. « J’étais à Montréal avant. Je voulais me concentrer sur mes études et explorer de nouveaux horizons », explique-t-elle. Elle est au Canada depuis quatre ans et à Sorel-Tracy depuis près de deux ans.

Son frère, Aubin Fabeleu Djapi, est arrivé du Cameroun en janvier dernier. Comme ses sœurs sont au Canada, il a choisi de venir ici et a découvert le programme de Sorel-Tracy. « J’ai vu que le programme était bien pour moi. Comme c’est un programme technique, je passe plus de temps dans la pratique que dans la théorie », mentionne-t-il.

Bien que les deux étudiants s’ennuient parfois de leur famille et de leurs amis au Cameroun, ils ne regrettent pas leur choix. « Quand j’étais petite, je rêvais de venir au Canada. C’est un rêve qui se réalise. On ne va pas se mentir, dans mon pays, la technologie et le niveau des études, ce n’est pas pareil. Ici, on a plus de matériel et de laboratoires », souligne Kelly.

« J’avais aussi un rêve. Ce n’était pas de sortir du pays et de m’éloigner de ma famille, mais c’était basé sur l’expérience. J’ai toujours voulu faire carrière dans la mécanique et dans mon pays, je ne voyais pas d’école qui pouvait me donner le potentiel que je cherchais. Si un jour je veux fonder mon entreprise dans mon pays, je dois aller chercher l’expérience ailleurs », explique Aubin.

Installés ici pour quelques années

Les deux Camerounais ne comptent pas repartir immédiatement après leurs études. Kelly compte faire un baccalauréat en soins infirmiers et une maîtrise. Elle travaille déjà en tant que préposée aux bénéficiaires à l’Hôtel-Dieu et voudrait accumuler quelques années d’expérience.

« On passe d’un pays sous-développé à un pays développé. On aura beaucoup à apporter en retournant, surtout au niveau de la santé, il y a beaucoup de choses à améliorer et je compte apporter ma touche », affirme la future infirmière.

Elle souhaite pour l’instant rester à Sorel-Tracy malgré son parcours scolaire qui pourrait l’amener à Montréal.

« Les professeurs sont des gens ouverts. Ceux de l’administration sont toujours présents pour nous aider et nous orienter dans nos choix. Ça aide à se sentir chez nous et pas comme des étrangers », souligne Kelly. « Dès le premier jour que j’ai posé les pieds au Cégep, j’ai été bien accueilli. Dès que j’ai discuté avec les membres de l’école, je les ai vus comme une famille », ajoute Aubin.

Un groupe pour la communauté africaine

Sous peu, ils aimeraient créer une association des Africains afin de regrouper ceux qui étudient ici. « On pourrait se regrouper et échanger. On pourrait avoir des anciens aussi et faire sortir ceux qui viennent de Montréal. Peut-être que certains ne savent pas qu’il y a des logements abordables. On pourrait les aider à venir s’installer dans la région avec nous », explique Kelly.

 

Profil des étudiants africains ou d’Haïti du Cégep de Sorel-Tracy en 2019

Quatre étudiants du Cameroun : Trois étudiantes en soins infirmiers et un en Techniques de génie mécanique

Une étudiante de la Côte d’Ivoire : En Techniques de comptabilité et de gestion

Une étudiante du Sénégal : En Techniques de comptabilité et de gestion

Une étudiante d’Haïti : En Techniques juridiques

image