20 mai 2016
« Alstom sait construire des trains électriques » – Sylvain Rochon
Par: Louise Grégoire-Racicot

Le député Sylvain Rochon voit dans le projet de trains électriques annoncé par la Caisse de dépôt et placement du Québec une opportunité d’affaires créatrice d’emplois pour Alstom Transport à Sorel-Tracy. Ce qu’il fait valoir au ministre Jacques Daoust.

Publicité
Activer le son

Le projet, évalué à 5,5 milliards $, a été annoncé le 22 avril. Reliant plusieurs villes de Montréal jusqu’à la rive sud et la rive nord, il compte 24 stations et 67 km de rails, soit la même longueur que le métro de Montréal.

« Je l’invite à visiter les ateliers d’Alstom Transport à Sorel-Tracy. Il y rencontrera des employés compétents qui ont fait leurs preuves. Ce sont eux qui ont fabriqué les bogies des nouveaux wagons Azur du métro de Montréal ». a-t-il dit.

Il réagissait ainsi au fait qu’à quelques reprises M. Daoust se référait à Bombardier Transport comme l’entreprise qu’il souhaiterait voir obtenir des contrats au moment où les dirigeants de la Caisse de dépôt disaient vouloir procéder à des appels d’offres internationaux.

« Je veux rappeler au ministre Daoust que cette entreprise n’est pas la seule à fabriquer du matériel de transport sur rail au Québec », a-t-il dit.

Il entend d’ailleurs rapidement rencontrer le ministre avec une délégation de la région pour lui faire part de cette préoccupation. Délégation formée de représentants d’Alstom Transport, de gens d’affaires et d’intervenants économiques de la région. Le ministre n’a pas encore fixé de date de rendez-vous.

« Les travailleurs d’Alstom Transport à Sorel-Tracy valent autant que ceux de Bombardier à La Pocatière. Je compte m’assurer que cela soit présent dans l’esprit de tous les décideurs. »

Alstom acquiesce

M. Rochon tient à assurer le ministre de la volonté d’Alstom Transport de figurer parmi les soumissionnaires.

Une perspective que l’entreprise confirme, a reconnu sa porte-parole, Michelle Stein.

« On ne connaît pas encore grand-chose sur le projet de la caisse pour le moment. Il en est encore au premier stade. Mais nous répondrons certes à toute demande de la caisse. »

La contribution d’Alstom Transport pourrait être en matière de fourniture d’équipement de matériel roulant, de système d’électrification, de communication, etc. « Comme on le fait à Ottawa et à Toronto où nous sommes présents », a-t-elle expliqué.

Rappelons qu’Alstom Transport a, en 2013, ouvert l’usine de bogies de Sorel-Tracy – un assemblage supportant les voitures de métro. Il comprend les organes de propulsion, de freinage et de suspension qui assurent le confort et la sécurité des usagers.

L’entreprise disait alors être en mesure, avec ses équipements de dernier cri, de répondre aux besoins les plus complexes des sociétés de transport en Amérique du Nord.

En octobre dernier, elle a aussi décroché un contrat de fabrication de 34 voitures de type trams-trains commandées par la ville d’Ottawa. Assemblés dans la capitale fédérale, les bogies de ces wagons sont fabriqués à Sorel-Tracy.

Dans les deux cas, l’entreprise a procédé à deux transferts technologiques entre ses employés français et québécois.

« Un de nos atouts est que nous avons une expertise, un centre d’excellence installé dans le Maine, des usines en Amérique du Nord et développons en parallèle, des installations à proximité de nos clients », a complété Mme Stein.

image