17 juin 2019
Alexis Cournoyer espère aider les Voltigeurs dès la prochaine campagne
Par: Deux Rives

Alexis Cournoyer affichait un grand sourire lorsqu'il a été repêché par les Voltigeurs de Drummondville, le 8 juin. Photo Ghyslain Bergeron/Journal L'Express

Texte de Sébastien Lacroix, collaboration spéciale

Choix de sixième ronde au dernier repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), le Sorelois Alexis Cournoyer espère être une pièce de la reconstruction annoncée par les Voltigeurs de Drummondville.

L’attaquant de 16 ans fait partie d’une cuvée de 18 espoirs que le nouveau directeur général et ancien joueur de la LNH, Philippe Boucher, a pu réclamer lors de l’encan annuel de la LHJMQ qui s’est tenu au Centre Vidéotron.

Celui-ci a d’ailleurs transigé cinq vétérans, dont le gardien Olivier Rodrigue, les défenseurs Gregory Kreutzer et Jarett Baker, ainsi que les attaquants Nicolas Guay et Cédric Desruisseaux afin de faire place à la relève.

Les Voltigeurs auront donc des postes à combler à sa position. Une opportunité qu’espère saisir l’attaquant qui évoluait avec les Gaulois de Saint-Hyacinthe, dans la Ligue de hockey midget AAA du Québec, en 2018-2019.

Le jeune joueur, qui aura 16 ans en septembre et qui fait déjà 6 pieds et 160 livres, pourrait d’ailleurs s’avérer une surprise lors du prochain camp d’entraînement.

C’est que son rang de sélection a pu être affecté par le fait qu’il a contracté une mononucléose, l’hiver dernier. Ce qui lui a fait manquer deux mois de hockey et qui a pu affecter ses performances sur la patinoire, lui qui a enregistré une maigre récolte de cinq buts et sept passes en 35 matchs à sa première saison dans le Midget AAA.

« Ça allait bien en début d’année, mais par la suite, ç’a baissé », admet Alexis Cournoyer, qui était classé en cinquième ronde par le Centre de soutien au recrutement (CSR) et qui croit que, sans cette maladie, il aurait pu être sélectionné en troisième ronde.

Il était tout de même très heureux d’être réclamé par les Voltigeurs. « C’est difficile à décrire comme sentiment, mais je suis content que ce soit à Drummondville. Parce que c’est près de chez nous et que c’est une équipe que j’ai toujours suivie », souligne le Sorelois.

L’organisation le suivait aussi d’un bon œil. « Ils ont un recruteur qui a été mon entraîneur dans le Pee Wee AAA, à de Mortagne. Il m’aimait bien et il m’a vu jouer dans le Bantam AAA par la suite », raconte Alexis Cournoyer, qui a été le seul joueur de Sorel-Tracy à être repêché, le 8 juin dernier.

Du travail à faire

S’il possède des qualités indéniables, dont son maniement de rondelle, son sens du hockey et sa vision du jeu, l’attaquant sait qu’il devra travailler fort pour arriver fin prêt au camp d’entraînement, à la mi-août.

Il devra notamment améliorer son explosion sur patin, ou son accélération, ainsi que sa vitesse. Il s’entraînera d’ailleurs avec Joey Letendre, un préparateur physique qui s’occupe de plusieurs joueurs de hockey en préparation pour des camps de sélection.

Alexis Cournoyer aura un programme chargé cet été. Chaque semaine, il aura cinq séances d’entraînement en gymnase, à Sorel-Tracy, et trois sur glace, à Varennes. Le tout afin d’arriver au sommet de sa forme au camp des Voltigeurs, où il espère faire l’équipe.

S’il est retranché, il retournera dans la LHMAAAQ, où il croit que son équipe sera l’une des prétendantes à la Coupe TELUS. Il reviendrait ensuite au camp des Voltigeurs, à 17 ans, alors qu’il aura pu peaufiner son développement.

image