30 janvier 2020
Accident mortel après une poursuite : les policiers blanchis
Par: Sébastien Lacroix
L’accident avait coûté la vie à Denis Champagne, 20 ans, le 30 octobre 2018, à Sorel-Tracy.
Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

L’accident avait coûté la vie à Denis Champagne, 20 ans, le 30 octobre 2018, à Sorel-Tracy. Photo Pascal Cournoyer | Les 2 Rives ©

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) n’intentera pas d’accusations contre les policiers de la Sûreté du Québec qui avaient entrepris une poursuite qui a mené au décès d’un jeune homme de 20 ans il y a 15 mois.

Publicité
Activer le son

C’est la décision qui est tombée le 30 janvier, après un examen complet du rapport produit par le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) en lien avec l’accident qui avait coûté la vie de Denis Champagne, le 30 octobre 2018, sur le boulevard Poliquin, à Sorel-Tracy.

À la suite de son analyse, le DPCP est d’avis que la preuve ne révèle pas la commission d’un acte criminel par les policiers de la SQ qui ont été impliqués dans cet événement et que le décès de l’individu résulte entièrement de sa façon de conduire.

Rappel des faits

Le conducteur d’un véhicule utilitaire sport de type Jeep était entré de plein fouet avec un poids lourd après avoir refusé de s’immobiliser. Vers 6 h 10 du matin, les policiers voulaient l’intercepter.

En vérifiant sa plaque d’immatriculation, ils avaient constaté que le propriétaire du véhicule avait un permis de conduire sanctionné. Les policiers avaient donc allumé les gyrophares pour le prendre en chasse, mais une poursuite s’en est suivie.

L’homme avait même emprunté un chemin de terre pour semer les policiers qui tentaient de le suivre à haute vitesse. Ceux-ci ont communiqué avec leurs collègues sur les ondes radio pour les informer qu’ils avaient perdu de vue le véhicule.

À la sortie de ce passage, le fuyard a été repris en chasse par une autre autopatrouille de la SQ ayant les gyrophares allumés. Ceux-ci ont également perdu de vue le véhicule, avant de le retrouver encastré dans un camion lourd sur le boulevard Poliquin, près de l’intersection du boulevard Fiset. Le décès du conducteur a été constaté sur place.

Le boulevard Poliquin avait ensuite été fermé entre le boulevard Fiset et la rue Dauplaise pendant une douzaine d’heures.

Pour faire la lumière sur cet accident tragique, le BEI avait chargé huit enquêteurs de vérifier l’exactitude des informations transmises par les policiers de la Sûreté du Québec du poste de la MRC de Pierre-De Saurel.

Le BEI a fait appel au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) comme corps de police de soutien dans cette enquête. Le SPVM a fourni un technicien en identité judiciaire et deux experts en reconstitution de collision.

image